REFLEXION

Coronavirus : traitement par tocilizumab



Antiviral, plasma sanguin, immuno-modulateur, thérapie cellulaire... Pour l'heure, aucun traitement n'est validé, mais les laboratoires s'activent pour accélérer la mise sur le marché de LA molécule qui pourra, demain, guérir du coronavirus. L'AP-HP annonce ce 27 avril que les patients traités par tocilizumab présenteraient moins de besoin d’assistance de ventilation et auraient un taux de décès plus bas au cours des 14 jours de suivi.
Alors que l'épidémie Covid-19 terrorise la planète, scientifiques et médecins, cherchent l'arme pour soigner les patients. Pour l'heure, aucun traitement spécifique n'a été identifié, mais les espoirs sont là. Selon Arnaud Fontanet, Professeur à l’Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique français , la disponibilité des traitements pourrait être réaliste dans un délai de 6 mois. Interrogé par Europe 1 ce 26 avril, il explique qu'en attendant, les mesures de confinement "marchent" et "doivent être maintenues sous un autre format" au moment du déconfinement. Ce qu'il faut comprendre c'est que lorsque le SRAS-CoV2 pénètre dans l'organisme, il s'y multiplie (les premiers symptômes apparaissent pendant la première semaine) et dans la plupart des cas (80%) notre système immunitaire parvient à s'en débarrasser. Le problème, c'est que chez une minorité de patients, dont l'état s'aggrave brutalement autour entre le 7e et le 10e jour, on ne sait pas ce qui flanche. "Soit parce qu’il n’y a pas de réponse immunitaire, et le virus se multiplie jusqu’à la défaillance des organes ; soit parce que cette réponse immunitaire est trop forte", explique au Journal du Dimanche daté du 12 avril, Florence Ader, des Hospices civils de Lyon. Aussi, les chercheurs disposent de 2 leviers :freiner la multiplication du virus via des antiviraux (seuls ou en cocktail)moduler les système immunitaire (le stimuler via un vaccin ou l'injection d'anticorps, ou le freiner via un traitement immuno-modulateur).Les chercheurs du monde entier sont mobilisés dans cette course au traitement et de nombreux essais cliniques ont débuté : 26 en France, 49 aux Etats-Unis et 60 en Chine. Les stratégies sont de deux formes principalement : utiliser des médicaments sur le marché et ayant fait leurs preuves contre d'autres virus (VIH, Ebola...), tester des molécules sur des cultures virales de Covid-19.Un essai clinique européen "discovery" destiné à évaluer quatre traitements antiviraux pour lutter contre le coronavirus a débuté, avait annoncé dimanche 22 mars l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Coordonné par la France, il est mené dans 7 pays européens et inclus plus de 3 000 patients dont 800 en France. L'essai évalue 4 traitements : le remdésivir, la combinaison lopinavir/ritonavir (Kaletra) associée ou non à un interféron bêta et l'antipaludique hydroxychloroquine. Les premiers résultats sont attendus fin avril.

 

Réflexion
Mardi 28 Avril 2020 - 18:04
Lu 202 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 21-10-2020.pdf
2.9 Mo - 20/10/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+