REFLEXION

Coronavirus : allergie, asthme : quelles précautions ?



En pleine période d'allergies aux pollens et d'épidémie de coronavirus, beaucoup de questions se posent : comment différencier un rhume des foins du Covid-19 ? Faut-il continuer ses traitements ? Quels conseils pour les asthmatiques ? Quel niveau d'alerte aux pollens en ce moment ?
Des experts médicaux japonais ont lancé l'alerte en premier, mi-mai. Alors que les températures sont devenues estivales au Japon (autour de 30 degrés Celcius), le port de masques faciaux pour empêcher la propagation du coronavirus pourrait entraver la bonne ventilation de l'organisme. Le chef du service d'urgence de l'hôpital universitaire de Teikyo au Japon, Yasufumi Miyake en est persuadé. Il indique dans son étude reprise dans les colonnes du JapanTimes que l'air frais ne peut plus atteindre les poumons, entraînant un essoufflement et une accumulation de chaleur à l'intérieur du corps. L'expert souligne également le risque de déshydratation, d'épuisement et de coups de chaleur alors qu'un été caniculaire se profile. A la Graduate School of Medicine de l'Université Gunma, spécialisée en physiologie de l'environnement au Japon, le Professeur Noriyuki Koibuchi fait le même constat et recommande d'éviter de faire du sport en portant le masque. Le journal nippon rapporte le décès de deux lycéens en Chine portant un masque durant des activités sportives qui a conduit les experts à mettre en garde contre les dangers du port d'un masque trop hermétique pendant un exercice physique, à l'origine probable d'une carence en oxygène.
Quelles sont les personnes à risque de ne pas supporter le masque ? "Les peaux des personnes âgées et les peaux claires sont plus fines et plus à risques de problèmes que les peaux foncées" prévient la dermatologue. De même les personnes aux peaux déjà fragilisées par des pathologies comme l'eczéma, le psoriasis, l'acné ou la dermatite atopique sont plus à risque de ne pas supporter le masque sur le plan cutané. Au niveau respiratoire, ce sont les personnes qui souffrent déjà de troubles de la respiration qui vont le plus en pâtir (BPCO, pneumopathie...).

 

Réflexion
Mardi 4 Août 2020 - 16:16
Lu 489 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 27-09-2020.pdf
2.6 Mo - 26/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+