REFLEXION

Combien gagne un joueur de football en Algérie ?

22 joueurs de la Ligue 1 algérienne touchent un salaire mensuel de plus de trois millions de dinars (300 millions de centimes). Ils représentent 6% de l’ensemble des effectifs. C’est ce qu’avait indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) dans le rapport de gestion rendu public à l’occasion de la tenue de son assemblée générale ordinaire.



Quatorze (14) joueurs de la Ligue 1 algérienne de football perçoivent un salaire mensuel de plus de 2 millions DA (100 DA= 2 DT ou 0,937 Euro), alors que  quatre-vingt-trois (83) autres touchent entre 1,2 et 1,9 millions DA, a révélé la Ligue de football professionnel (LFP) lors de son assemblée générale ordinaire tenue mercredi à Alger. Ces salaires jugés ”faramineux” sont l’une des causes qui mettent l’avenir des clubs professionnels en danger, ce qui a emmené le vice-président de la LFP, Fawzi Guellil, à conseiller les membres de l’assemblée générale de revoir leur politique en la matière. Les chiffres dévoilés par la LFP montrent aussi qu’ils sont 59 joueurs à percevoir des salaires de 0 à 399.999 DA, 33 joueurs de 400.000 à 599.999 DA, 48 de 600.000 à 999.999 DA et 56 de 1.000.000 à 1.999.999 DA. Il faudra noter au passage, et selon les mêmes chiffres, que la catégorie des joueurs les mieux payés comptent un temps de jeu de l’ordre de 3,66%. Les joueurs touchant de 800.000 à 999.999 DA sont les plus utilisés avec 23,57% comme temps de jeu. La Fédération algérienne de football (FAF) avait tenté d’ériger une nouvelle loi de plafonnement de salaires, par laquelle elle avait proposé de fixer de 800.000 à 1.200.000 DA le plus gros salaire à attribuer aux joueurs internationaux, mais son projet, qui devait entrer en vigueur l’été dernier, a été voué à l’échec. Les présidents des clubs n’ont pas “joué le jeu”, avait-on affirmé du côté de la FAF.

Différence de salaires entre Ligue 1 et 2
Faisant l’inventaire des salaires des joueurs des deux ligues professionnelles, il en ressort que pour ce qui est de l’élite (Ligue 1), 99 joueurs ont un salaire de moins de 100 millions par mois (29%), 79 (23%) entre 100 et 150 millions, 72 (21%) entre 150 et 200 millions, 43 (13%) entre 200 et 250, 29 (8%) entre 250 et 300 et finalement 22 joueurs (6%) plus de 300 millions de centimes. En Ligue 2, la majorité des joueurs touchent moins de 100 millions de centimes. Ils sont au nombre de 185 (79%). Mais il y a des joueurs de ce palier qui perçoivent des salaires élevés. Ainsi, ils sont 45 (19%) à toucher entre 100 et 150 millions, 3 (2%) entre 150 et 200 millions. Par ailleurs, il y a un joueur qui a un salaire se situant entre 200 et 250 millions. Il faut noter que la LFP avait limité, en début de saison, les effectifs des clubs des ligues 1 et 2 à 22 joueurs. L’objectif était de faire baisser la masse salariale. Seulement, cette mesure avait été annulée au mercato après avoir constaté que finalement il n’y avait pas eu de baisse des dépenses. Ainsi même si la majorité des clubs n’arrêtent pas d’évoquer la crise, il n’en demeure pas moins qu’ils offrent toujours des salaires faramineux aux joueurs.

Sous Raouraoua, les salaires plafonnés à 100 millions de centimes
Les présidents des clubs de la Ligue 1 professionnelle, réunis  avec l’ancien patron de la Fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua, avaient décidé à l'unanimité de plafonner les salaires des joueurs à hauteur d'un million de dinars (100 millions de centimes), applicable à partir de la saison 2016-2017. Au cours de ladite réunion, à laquelle ont pris part l'ensemble des représentants des 16 clubs composant l'élite du football national, Raouraoua s'est attardé sur "les gros salaires" accordés aux joueurs, "qui restent la source des problèmes financiers touchant les clubs", selon le président du RC Arbaâ. "Fini le temps où le joueur touche 200 ou 300 millions de centimes. Les clubs seront ainsi appelés à rationaliser leurs dépenses", a ajouté la source, qui prédit que "certains clubs vont certainement user d'autres moyens, illégaux, pour verser à leurs joueurs des salaires dépassant un million de dinars"."Cette mesure va certainement permettre aux clubs de souffler un peu et surtout de revoir à la baisse leur masse salariale", a souligné Amani, qui s'est réjoui de l'accord trouvé avec la CNAS (ndlr, Caisse nationale des assurances sociales) où un barème sera élaboré pour que chaque club puisse s'acquitter de ses obligations envers cet organisme.

450 millions de centimes par mois pour Belaili
En 2014, les présidents des clubs professionnels algériens voulaient, en début de saison, plafonner les salaires des joueurs à 12 millions. Voilà que certains footballeurs ont signé des contrats avec des mensualités dépassant les 300 millions. Mais le cas le plus ahurissant est celui du joueur Youcef Belaili, un produit d’Oran, qui a évolué la saison dernière au club tunisien de l’Espérance.  L’Oranais de 26 ans, Youcef Belaili, qui évoluait au club tunisien L’Espérance, s’est engagé à l’USM Alger, propriété de l’homme d’affaire Ali Haddad (ETRHB). Un transfert qui s’avère juteux pour le jeune joueur qui voit son salaire mensuel passé de 30.000 euros à L’Espérance à 450 millions de centimes par mois. Avec cette somme mirobolante pour la ligue 1 algérienne, digne d’un championnat étranger, celui que l’on surnomme sur les terrains de foot le « Renard » décroche, pour l’heure, le record de la saison. Belaili devient l’un des joueurs algériens les mieux payés. Il est ainsi mieux loti que ses homologues qui évoluent dans des clubs européens. Le salaire de Belaili dépasse dorénavant celui de l’international Islam Slimani. Le flamboyant attaquant de l’équipe nationale ne reçoit du Sporting Lisbonne « que » l’équivalent de 150 millions de centimes par mois. Et pourtant, en termes d’efficacité et de réputation, il y a une nette différence entre les deux footballeurs. Avec ses 450 millions de centimes par mois, Belaili fait exploser le plafonnement des salaires que la fédération de football algérienne (FAF) avait tenté d’imposer.

FAF-CNAS : la déclaration du salaire des joueurs plafonnée à 270 000 DA
La Ligue de football professionnel (LFP) et la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) ont signé le 6 décembre 2016 un accord pour la mise en œuvre des dispositions du nouveau décret qui plafonne la déclaration des joueurs à un salaire maximum de 270.000 DA, avait indiqué la Fédération algérienne de football (FAF) sur son site officiel. Lors de cette rencontre, la CNAS a prodigué à tous les clubs professionnels "les conseils et recommandations pour la meilleure gestion de ce dossier important et procédera dans le futur à des accords club par club pour la régularisation des dus antérieurs et la normalisation des déclarations", souligne la même source.

 

Réflexion
Lundi 28 Mai 2018 - 17:43
Lu 1109 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 22-07-2018.pdf
2.82 Mo - 21/07/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+