REFLEXION

CRISE A L’APN : Privilégier les intérêts de l’Algérie avant tout

La crise qui secoue actuellement l’Assemblée Nationale Populaire –APN, qui entretient une inquiétude légitime des citoyens de toutes les wilayas du pays et dont la durée risque de discréditer le pays tant au niveau national qu’international, puisse trouver une solution rapidement dans le cadre du respect de l’Etat de droit et de la Constitution, existant – et c’est une loi universelle, un lien dialectique entre institutions crédibles et développement, sécurité et développement.



L’on ne doit jamais oublier tant les tensions géostratégiques au niveau de la région   que budgétaires 2018/2022, impliquant des actions vigoureuses de redressement national en ce monde impitoyable où toute nation qui n’avance pas recule forcément, devant s’attaquer à la situation économique et sociale du pays qui doit constituer la première priorité. Que les responsables, loin des bureaux climatisés visitent les cafés de toute l’Algérie et le constat est amer : la crise de cette institution ne fait que démobiliser plus la population et la rend de plus en plus sceptiques vis-à-vis du système partisan-pouvoir et opposition et d’une manière générale des institutions stratégiques du pays.  L’Algérie souffre actuellement, d’une crise de gouvernance, impliquant une profonde moralisation de la société, et non d’une crise financière. Mais cette crise de gouvernance risque de se transformer dans trois ans maximum   en crise financière, économique et politique avec le risque d’une déstabilisation interne et régionale car, plus on diffère les réformes institutionnelles et micro-économiques, plus on épuisera les réserves de changes avec le retour au FMI horizon 2022, ce qu’aucun patriote algérien ne souhaite. En ce mois d’octobre 2018, deux institutions stratégiques assurent la sécurisé du pays Sonatrach et l’ANP et toutes les forces de sécurité, situation intenable dans le temps.  Devant privilégier les intérêts supérieurs de l’Algérie avant tout et non des intérêts étroits personnels ou partisans, espérons que la sagesse l’emportera avec une solution rapide à cette crise institutionnelle afin de s’attaquer aux vénérables problèmes qui secouent le pays à savoir l’approfondissement des réformes.

Pr Abderrahmane MEBTOUL
Samedi 20 Octobre 2018 - 18:54
Lu 503 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 12-12-2018.pdf
2.67 Mo - 11/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+