REFLEXION

COUR SUPREME : Sellal et Ouyahia cités dans de nouvelles affaires

Les noms des deux ex premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal sont de nouveau cités dans de nouvelles affaires de corruption transmises à la cour suprême par la cour d’Alger pour incompétence, selon un communiqué du procureur général d’Alger.



En effet, le communiqué indique que ‘’Dans le cadre du traitement des affaires de corruption, la Cour suprême a reçu un dossier faisant l'objet d'une ordonnance d'incompétence ratione personae transmise par la Cour d'Alger et deux autres dossiers concernant des personnes jouissant du privilège de juridiction transmis par les Cours d'Alger et de Tipasa’’’, ajoutant  que "lesdits dossiers seront transmis aux conseillers instructeurs". Le premier dossier émanant de la Cour d'Alger concerne l'affaire "Ameur Ben Ameur", dans laquelle sont accusés les deux anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, ainsi que l'ancien ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaissa, pour "abus de fonction, octroi d'indus privilèges à autrui, dilapidation de deniers publics et conflit d'intérêts". Un second dossier faisant l'objet d'une ordonnance d'incompétence ratione personae concerne l'affaire de l'Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) dans laquelle sont accusés les anciens ministres des Ressources en eau, Saadi Salim et Sellal Abdelmalek, et les anciens walis de Béjaia, Fatmi Rachid, de Mostaganem, Zerhouni Nouria Yamina, et de Tizi Ouzou, Ouadah Hocine. Les charges retenues à leur encontre portent sur "l'octroi délibéré d'indus privilèges à autrui lors de la conclusion de marchés et d'avenants de marchés en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur", "demande et acceptation d'indus privilèges", "la perception de redevances et d'avantages à l'occasion de la préparation ou de la conduite de négociations en vue de la conclusion de marchés", et "la dilapidation de deniers publics et l'utilisation illégale des biens et des deniers publics", ainsi que "l'octroi de franchises et d'abattements d'impôts et de taxes sans autorisation légale". Alors que le troisième dossier transmis par la Cour de Tipasa concerne la plage "Kouali" et le complexe de loisirs de Tipaza, impliquant l'ancien wali de Tipasa et ses co-accusés, poursuivis pour "octroi d'indus privilèges à autrui en matière de marchés publics, abus de fonction, trafic d'influence et dilapidation de deniers publics", conclut le communiqué

Ismain
Vendredi 20 Mars 2020 - 16:25
Lu 527 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 21-10-2020.pdf
2.9 Mo - 20/10/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+