REFLEXION

COREE DU NORD : Explosion d’une ogive 4.000 fois plus puissante que Hiroshima

Le régime nord-coréen a affirmé dimanche avoir procédé à un nouvel essai nucléaire avec le test d'une bombe H. "Une réussite totale", selon Pyongyang qui a ainsi réalisé son essai le plus puissant à ce jour.



Il s'agit du sixième essai nucléaire nord-coréen et le plus puissant à ce jour. L'énergie dégagée lors de la secousse sismique (6,3 de magnitude) provoquée par l'essai était, selon les services météorologiques sud-coréens, cinq à six fois supérieure à celle de la secousse provoquée par l'essai précédent. En septembre 2016, le cinquième essai nucléaire avait en effet provoqué un séisme de 5,3 de magnitude et dégagé une énergie de 10 kilotonnes, moins que la bombe d'Hiroshima (15 kilotonnes). Et Pyongyang n'avait pas déclaré qu'il s'agissait d'une bombe H. Basée sur le principe de la fusion nucléaire, la bombe H libère une énergie supérieure aux températures et aux pressions régnant au cœur du soleil. Les Etats-Unis l'ont testée le 1er novembre 1952 et l'URSS un an plus tard. La plus grosse à avoir jamais explosé, lors d'un essai soviétique en octobre 1961, avait une puissance de 57 mégatonnes, théoriquement près de 4.000 fois plus que la bombe larguée sur Hiroshima. Aucune bombe H n'a à ce jour été utilisée en dehors de tirs d'essai. La bombe A, communément appelée "bombe atomique", utilise quant à elle le principe de la fission nucléaire et a été larguée sur Hiroshima et Nagasaki en 1945. Deux filières ont été développées d'entrée, l'une à l'uranium enrichi, l'autre au plutonium. Pyongyang a affirmé que l'essai marquait "une occasion très importante, le fait d'atteindre le but final qui est de parachever la force nucléaire de l'Etat". Les analystes sont toutefois divisés pour savoir si de nouvelles provocations du Nord pourraient suivre l'essai de dimanche ou bien s'il pourrait permettre l'ouverture d'un dialogue. La communauté internationale a vivement réagi à la suite de l'annonce de ce nouvel essai. Alors que le président français Emmanuel Macron a réclamé "une réponse unie et claire de l'Union européenne", la Corée du Sud a demandé "toutes les mesures diplomatiques, et notamment des sanctions au Conseil de sécurité de l'ONU pour isoler complètement la Corée du Nord". Donald Trump a, quant à lui, exclu toute politique d'apaisement à l'égard de cette "nation voyou qui est devenue une grande menace".

Réflexion
Dimanche 3 Septembre 2017 - 20:51
Lu 581 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-06-2019.pdf
3.06 Mo - 17/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+