REFLEXION

CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Belaïz démissionne de son poste de président

Tayeb Belaiz, président du conseil constitutionnel a présenté mardi sa démission au chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a annoncé le Conseil dans un communiqué.



En effet, le conseil a souligné dans un communiqué que  "le président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz a informé les membres du Conseil, lors d'une réunion tenue mardi 16 avril 2019, qu'il a présenté au chef de l'Etat sa démission du poste de président du Conseil constitutionnel qu'il occupe depuis la prestation de serment le 21 février dernier". Après la démission de Belaïz, le Conseil constitutionnel doit se réunir sous la présidence du vice-président du Conseil pour acter cette démission conformément aux dispositions de l'article 81 du règlement intérieur de cette institution. La démission fortement attendue par le peuple  ce mardi, du Président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz ouvre la voie à un dénouement juridique et pacifique de la grave crise politique dans laquelle le pays s’est retrouvé dans le sillage du départ de l’ex Président Bouteflika.  La démission de Tayeb Belaiz permet en effet aux décideurs de sortir le pays de l’imbroglio juridique dans pour autant porter atteinte aux dispositions de la Constitution.  Deux choix s’offrent à l’Algérie pour le remplacement de Tayeb Belaiz. L’article 184 de la Constitution qui énonce les conditions et critères d’éligibilité des membres du Conseil constitutionnel stipule que le concerné (le membre y compris le président) doit ainsi jouir d’une «expérience professionnelle de quinze (15) ans au moins dans l’enseignement supérieur dans les sciences juridiques, dans la magistrature, dans la profession d’avocat près la Cour suprême ou prés du Conseil d’Etat, ou d’une haute fonction de l’Etat».  En clair, cet article offre un large spectre pour le choix du remplaçant de Tayeb Belaiz qui pourrait être puisé dans le corps des avocats, des magistrats mais également des cadres de l’Etat (ancien chefs du gouvernement, anciens ministres, diplomates,  officiers de l’armée…) qui cumulent quinze années d’expérience.

Ismain
Mardi 16 Avril 2019 - 18:33
Lu 332 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 24-07-2019.pdf
4.21 Mo - 23/07/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+