REFLEXION

CONCESSION DES TERRES AGRICOLES A ORAN : Plusieurs E.A.I - E.A.C déjà régularisées

La location de ces terres aux tierces personnes a nettement baissé, depuis le lancement de l'opération de la régularisation des concessions agricoles (EAI - EAC) par l'Office national des terres agricoles, de nombreux dossiers ont d’ores et déjà été traités et régularisés .Dans la daïra de Boutlélis, qui compte pas moins de 120 EAI (exploitation agricole individuelle) et 41 EAC environs (exploitation agricole collective), nombreux sont ceux qui ont eu leur acte d'exploitation.



Les contrats ont été déjà remis à 60 concessionnaires au niveau de  la commune de Messerghine et à 16 autres à Boutlelis, selon les informations recueillies auprès des exploitants de ces terres agricoles Pour certains buttent sur des problèmes de l'indivision, notamment pour l'établissement de la "fredha". Il est à noter que ces actes ont une durée de 40 ans renouvelables. «Dans notre subdivision, nous avons remarqué que toutes les terres concédées dans ce chapitre sont travaillées et exploitées. C'est ce que nous constatons même dans nos villages», précisera notre même  interlocuteur dira que des inspections et sorties sur le terrain se font  régulièrement. «Lorsqu'un bénéficiaire n'exploite pas ces terres, il pourrait être déchu de ce droit», informera-t-elle, tout en précisant que les autres dossiers sont en cours d'étude et les cahiers des charges sont tous prêts. Il faut savoir qu’il existe toute une série d'articles dans le cahier des charges qui déterminent les cas où le bénéficiaire serait déchu de ce bien acquis dans le cadre de la concession des terres de l'Etat. Il est à noter que depuis la mise en place de ce dispositif, le recours à la location de ces terres aux tierces personnes avait nettement baissé. Aussi, les terres autrefois gérées par les ex-domaines agricoles dans le cadre de la révolution agraire ne sont pas restées en jachères afin d’éviter que les bénéficiaires ne tombent sous le coup de la déchéance. Il est donc attendu que les lois soient appliquées à la lettre afin de lutter contre les " fraudeurs" aussi bien dans le rang des bénéficiaires que dans celui des agriculteurs indus. Dans cette région, l'agriculture sous toutes ses formes se redéploie de jour en jour surtout lorsqu’on sait que des facilités sont accordées aux exploitants, d'autre part.

Medjadji H.
Vendredi 16 Mars 2018 - 18:15
Lu 734 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 21-09-2020.pdf
1.94 Mo - 20/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+