REFLEXION

CLINIQUE OPHTALMOLOGIQUE ’’LES ORANGERS’’ A MOSTAGANEM : Le trottoir comme salle d’attente !

Relevant du secteur sanitaire de Mostaganem, la clinique ophtalmologique ‘’ les orangers’’, ne cesse d’enregistrer de plus en plus de patients dans sa structure située en plein centre-ville, où la circulation est difficile tant pour y arriver et s’arrêter pour y déposer un malade.



Cette structure importante est devenue avec le temps exigüe pour pouvoir y contenir tout ce beau monde qui afflue vers elle pour des soins ou des consultations .Par moments, ce sont environ une soixantaine par jour de personnes qui attendent sur le trottoir, dos calé au mur d’en face, ou assis offrant un spectacle pas joli à voir… Les patients habitués des lieux reconnaissent ses bonnes performances et une meilleure prise en charge malheureusement, ces qualités tendent à s’estomper car cette structure fonctionne au dessus  de ses capacités d’accueil des patients de tous âges. Quand des dizaines de malades sont livrés à un trottoir servant de salle d’attente et l’exigence des mesures de prévention sanitaires contre le  Covod19 font défaut, des questions se posent forcément .Ce sont plusieurs centaines de consultations qui sont effectuées 2 fois par semaine et ce, en plus des quelques dizaines d’opérations de petite chirurgie en (cataracte, l’implantation d’intraoculaire, le strabisme, le glaucome …) qui se pratiquent continuellement. Dans le souci d’assurer la prise en charge  correcte  d’autres pathologies, tel que le décollement de la rétine pathologie oculaire cécitante,  tout le personnel  est disposé à fournir davantage d’efforts et souhaite  travailler dans une  structure  qui soit conforme avec les normes internationales à commencer par avoir des salles d’attente pour divers patients, une aire de stationnement pour véhicules….etc.. En effet, c’est malheureux qu’au 21ème siècle, cette clinique ophtalmologique qui garde toujours son appellation de « clinique des Orangers » alors qu’il n’y a pas d’orangers dans le parage, pourtant elle aurait pu être baptisée d’un des noms de nos valeureux chouhada mais, c’est une autre question. En revenant à l’essentiel du sujet, pour beaucoup de citoyens et de patients, il est impensable de venir de très loin parfois des communes de Achâacha et Ouled Boughalem, zones du Dahra, pour attendre une demi-journée et plus, sur un trottoir juste suffisant pour le passage d’une seule personne. Nous sommes en période caniculaire et c’est dommage de voir nos concitoyens affalés, assis ou tenir debout péniblement sur un trottoir attendre dans la poussière et la chaleur. Pour certains, cette image rappelle souvent un passé douloureux dont se souviennent les séniors croisés sur les lieux qui n’en finissent pas de marmonner et ronchonner du bout des lèvres, l’œil clos et la main sur le front pour se protéger d’une aveuglante lumière du mois de juillet. Bien souvent, sur ce « trottoir d’attente », outre des adultes, on y trouve des enfants des femmes et des personnes d’un âge que l’on dit  respectable ... A noter que cette clinique reste une structure de santé spécialisée qui offre des prestations de services en ophtalmologie de qualité qui n’a rien à envier à d’autres. Le nombre de patients augmente avec le temps et il est peut-être temps de songer à doter le secteur de la santé de Mostaganem d’une nouvelle structure  qui prenne en compte la nécessité d’une prise en charge de ses patients dans de meilleures conditions d’accueil et d’attente.

Younes Zahachi
Vendredi 10 Juillet 2020 - 16:25
Lu 538 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 06-08-2020.pdf
3.65 Mo - 05/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+