REFLEXION

CITE BENBOULAID (ARZEW) : Les habitants revendiquent leur droit au développement



Les habitants de la grande et première citée populaire de Hai Benboulaid relevant de  la commune d’Arzew, phare de l’'Algérie se sont rassemblés en fin de semaine pour  protester contre les manques dans tous les secteurs. Les protestataires réclament une solution à la grave crise qui secoue l’APC depuis des années, où l'Assemblée populaire communale est en situation de blocage. Ils exigent aussi l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur la gestion des affaires de la commune. Les protestataires, scandant des slogans hostiles aux élus, dénoncent l'absence de toute perspective de développement à l'échelle locale. Ils nous ont informés que les travaux d'aménagement de leur cité est à l'arrêt depuis plusieurs jours pour des motifs de malfaçons et du  contrôle des services concernés notamment ceux du suivi de la wilaya d'Oran qui ont jugé utile de procéder à l'arrêt des travaux entrepris par une entreprise pour ne pas citer de nom, qui ont bâclé les travaux ainsi que  le manque d’eau potable est devenu récurrent au niveau de la commune. Plusieurs cités n’ont pas reçu ce précieux liquide comme il se doit H24, à l’instar des cités de l'émir Abdelkader et de Ahmed Zabana,  dont les habitants ne cessent d’attirer l’attention des responsables locaux, par le biais de requêtes, et même à travers les protestations, afin d’intervenir pour inscrire des projets qui feraient sortir leur cité de l’isolement. Parmi les demandes pressantes adressées aux responsables locaux, il y a celle liée à l’inscription d’un projet portant sur l'aménagement des trottoirs ainsi que  sur la réfection des routes et ruelles qui sont dans un état déplorable, pose  un  grand problème qui demeure une source réelle de désagréments pour la population. A souligner, que le mouvement de contestation à la cité populaire de Ben Boulaid, qui dure depuis le début du mandat de l'APC issue des dernières élections locales, a connu au cours de l'année écoulée, un mauvais visage de  qui laisse à désirer pour ne pas s'étaler longuement sur le sujet du site en question. Un phénomène qui s'est ensuite propagé au village d'El Mohgoun, qui a connu le même sort.                

Medjadji Habib
Mardi 24 Novembre 2020 - 14:46
Lu 252 fois
Oran
               Partager Partager

Oran