REFLEXION

CENTRE D’ACCUEIL DU SAMU SOCIAL A ORAN : Prise en charge de 113 personnes sans domicile fixe



La prise en charge de personnes sans domicile fixe (SDF) de la wilaya d’Oran reste l’une des préoccupations majeure des responsables locaux chargés du secteur de l’action sociale, notamment en cette période de crise sanitaire induite par le Covid-19.La Direction locale de l’action sociale et de la solidarité (DASS) et ses partenaires ont procédé, depuis quelques semaines, au ramassage et à l’accueil de cette frange de la société des sans abris au niveau du centre d’hébergement du SAMU social, implanté au niveau du quartier populaire de Haï Mahieddine (ex-Eckmühl) Selon un cadre du secteur, qui nous a indiqué que plus de  113 personnes des deux sexes ont été prises en charge au niveau de cette structure relevant de la DAS. Dans une première étape, un groupe de 33 personnes a été orienté vers ce centre durant la période durant cette période de confinement. Pour empêcher la propagation de la pandémie, les personnes accueillies sont soumises aux mesures de confinement sanitaire décidées par les pouvoir publics. Une équipe assure un suivi médical et psychologique des pensionnaires qui bénéficient de bonnes conditions d’hébergement et de restauration les mettant à l’abri de tout risque. Parallèlement, les sorties nocturnes et les opérations de ramassage se poursuivent chaque soir, à la recherche d’autres personnes sans domicile fixe pour les diriger vers le centre d’accueil. "Notre objectif est de ne laisser aucune personne vivre dans la rue. Nous assurons à ces individus un abri et nous voulons les protéger des dangers du Coronavirus et ceux de la rue", explique notre même interlocuteur. En dépit de toutes conditions de confort et de la couverture médicale dont ils bénéficient, certains pensionnaires préfèrent quitter le service pour se retrouver dans la rue. "Nous nous efforçons à les ramasser une nouvelle fois pour leur permettre de dormir au niveau du centre", ajoute le même responsable. Il a précisé que le centre accueille trois catégories de SDF: ceux ayant des problèmes familiaux et se retrouvent malgré eux dans la rue, puis les malades mentaux qui deviennent violents lorsqu’ils ne prennent pas leurs médicaments et enfin les personnes souffrant d’addictions qui sont les plus agressives. Plusieurs partenaires sur le terrain. Après leur confinement, les SDF sont soumis à un contrôle médical avant leur orientation vers des  centres spécialisés relevant du secteur de l’action sociale et de la solidarité, implantés à travers la wilaya d’Oran, comme "Dar Er-Rhama" ou les hospices pour personnes âgées. "Les SDF âgés de plus de 60 ans sont placés à Dar Er-Rahma ou au centre pour personnes âgées, conformément à la règlementation. Ceux en conflit avec leurs familles, une équipe du SAMU social entreprend des démarches en vue de réconcilier ces parties et de réintégrer ces pensionnaires au foyer familial ", indique le même responsable. D’autres sont reconduits à leur wilaya d’origine comme c’est le cas dernièrement pour 25 SDF ramassés à Oran.      

Medjadji H.
Mercredi 29 Avril 2020 - 17:59
Lu 505 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 23-09-2020.pdf
3.28 Mo - 22/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+