REFLEXION

Bouchouareb va enfoncer le clou



Accusé à plusieurs reprises par l’homme d’affaires Isaad Rebrab d’avoir bloqué ses investissements, l’ancien ministre de l’industrie, Abdeslam Bouchouareb, serait  bien décidé à faire entendre sa vérité sur plusieurs affaires dans un livre en cours de rédaction.  Selon Beur TV, qui s’apprête à diffuser les informations continues dans les mémoires de cet ancien cadre du RND, Bouchaoureb va déballer un gros dossier de malversations. Selon Mondafrique, Abdeslam Bouchouareb, l’homme d’affaires qui rêvait de devenir Premier Ministre, incarnait le « Hibz França » (le Parti de la France ) qui en Algérie, passait souvent pour une force malfaisante. Avant son limogeange, le flamboyant ministre a commencé à s’attirer les foudres de plusieurs autres hauts responsables de l’Etat algérien. Trop riche, trop puissant, trop influent….A Alger, les business florissants de son fils, de sa fille et de son épouse dérangent et agacent. Au sein du clan présidentiel, le ministre de l’Industrie ne fait plus l’unanimité. « Abdeslam est têtu et prend des décisions sans vérifier leur conformité avec l’arsenal juridique, explique-t-on chez les proches de la Présidence. Ce qui a créé des situations très inconfortables pour tout le gouvernement. L’ancien Premier ministre Sellal l’a rappelé à l’ordre à maintes reprises. Mais, lui, il fait le malin et défie son autorité en laissant entendre que son seul patron est le président Bouteflika ». En Algérie, ses amis font beaucoup parler d’eux dans les affaires. Présents dans le secteur des matériaux de construction depuis des années, ils ont fait une entrée fracassante dans la cour des grands en obtenant un mégaprojet en partenariat avec le très influent groupe français Lafarge. Avec ce dernier,  ils ont réalisé une importante cimenterie à Djemora dans la wilaya de Biskra. Le secret de cette réussite est leur proximité avec Abdesslam Bouchouareb, largement l’artisan de ce partenariat avec le groupe français. C’est lui qui a activé ses réseaux à Paris pour imposer ses amis. Il a également usé de son influence auprès des banques algériennes pour qu’elles financent une bonne partie de ce projet qui a nécessité un investissement dépassant les 300 millions d’euros.

Ismain
Mercredi 20 Mars 2019 - 17:13
Lu 1721 fois
Edito
               Partager Partager

Dans la même rubrique:
1 2 3 4 5 » ... 230

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-09-2019.pdf
3.6 Mo - 18/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+