REFLEXION

BUREAUX DE POSTE A ORAN ET ARZEW : Le manque de liquidités persiste

Les bureaux d’Algérie Poste, dans la ville d'Oran notamment l'agence postale de la cité Miramar du centre-ville, continuent d’être fortement sollicités par des milliers d’usagers dont le mécontentement a atteint son apogée devant les désagréments provoqués par le manque de liquidités.



L’image que renvoyait avant- hier matin cette agence assaillie par des centaines de retraités, contredit les affirmations des différents responsables quant au caractère «conjoncturel» de cette crise de liquidités. Comme chaque fin du mois, les longues files d’attente serpentent cette imposante bâtisse, composées essentiellement de personnes âgées venues dans l’espoir de procéder à un retrait d’argent. «C’est l’humiliation au quotidien ! Certaines personnes doivent attendre, debout, jusqu’à 6 heures pour espérer franchir le seuil de la grande poste», s’insurge un commerçant dont l’échoppe se trouve à proximité de la recette principale de la poste. Aux abords de la Grande poste, en plein centre-ville, les détenteurs de comptes CCP tentent de se prémunir des rayons de soleil, particulièrement intenses en ce mois de septembre, du mieux qu’ils peuvent. Certains s’y rendent avec un bout de carton en guise de protège-tête alors que d’autres font des va-et-vient incessants dans l’espoir d’éviter les queues interminables et harassantes qui prennent forme aux premières lueurs du matin. «J’ai pris place devant le bureau de poste à 5h du matin pour pouvoir retirer de l’argent», confie, visiblement soulagé, un retraité de la fonction publique. Des citoyens des localités environnantes font également le déplacement au chef-lieu de la wilaya dans l’espoir de faire des retraits à défaut d’encaisser dans leurs lieux de résidence. L’afflux massif de détenteurs de comptes CCP vers les bureaux de poste du centre-ville et l’insuffisance criarde de distributeurs automatiques (DAB) sont les arguments souvent invoqués par les responsables d’Algérie Poste pour expliquer cette situation. Une explication qui ne semble pas convaincre les usagers de la poste, lesquels ne comprennent toujours pas l’attitude des responsables locaux face à une situation devenue intenable. Quant aux mesures de distanciation physique et de prévention face à la pandémie du Covid-19, c’est pratiquement le laisser-aller avec tout ce que cela implique comme risques. Même topo à Arzew au niveau de la grande cité de l'Emir Abdelkader ex les plateaux où la situation est inédite : si vous avez de l’argent sur votre compte postal ou bancaire, vous ne pouvez pas le retirer ! Cela dure depuis plus d’un mois à cause du problème de manque de liquidités dans les institutions financières concernées. C’est du moins ce qui est avancé par les agents de ces structures aux usagers qui observent quotidiennement la queue devant les agences postales et bancaires de la wilaya. Le même spectacle était encore visible lundi dernier, au lendemain d’un long week-end que beaucoup de citoyens ont dû passer sans pouvoir se procurer le moindre sou des distributeurs automatiques de billets de banque. Et pour cause, ces derniers étaient soit en panne, soit à court de liquidités.

Medjadji Habib
Mercredi 23 Septembre 2020 - 16:29
Lu 284 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 24-10-2020.pdf
3.02 Mo - 23/10/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+