REFLEXION

BOUSFER (ORAN) : Démolition de constructions illicites de deux anciens maires

Une vaste opération de démolition de constructions illicites à été initiée jeudi par l’APC de Bousfer à la plage ‘’ Les Coralès’’. Plus de dix habitations illicites ont été démolies, deux appartenaient à deux anciens maires de cette même APC, lesquels de surcroît, en sont actuellement membres.



Une situation  qui n’a pas manqué de susciter l’étonnement, d’autant plus que les concernés étaient présents jeudi à la démolition de leurs propres habitations qui se passait sous leurs yeux. « On aura tout vu », s’est amusé à dire un habitant de cette station balnéaire, qui en connait des bouts des affaires scabreuses qui se déroulent en ces lieux. En effet, nombre de scandales se rapportant au détournement du foncier et des affaires de garages à bateaux, impliquant d’anciens et actuels élus, ont défrayé la chronique locale. Selon Mme Nadera Saddok, la présidente de l’APC de Bousfer, il est difficile d’avancer un chiffre précis sur le nombre des habitations et constructions illicites réalisées sur le domaine public, « toutefois, assure-t-elle, les démolitions se feront au fur et à mesure qu’elles sont signalées. Plus aucun empiétement sur le foncier ne sera toléré de qui que ce soit, avertit-elle, avant d’ajouter qu’après constatation des faits, les contrevenants s’exposent à des poursuites judiciaires avec restitution des assiettes foncières détournées ». Il est à signaler qu’un fort cordon de gendarmes veillait au déroulement des opérations. Des citoyens en colère, parmi eux certains, dont des maisons ont été rasées, ont déploré l’absence du délégué de secteur, qu’ils mettent en cause de par leurs déclarations compromettantes. Des faits qui seront surement suivis, laisse-t-on entendre, par l’ouverture d’une enquête pour débusquer les commanditaires de toutes ces manigances et tractations illicites sur le foncier, qui ne peuvent s’opérer, nous explique-t-on, sans la complicité de responsables au sein de l’administration. La frénésie pour la déprédation du foncier à Bousfer, comme à Aïn El Türck d’ailleurs, Mers El Kébir aussi et à El Ançor, ne s’est jamais tarie et a pris des proportions incommensurables et inimaginables. Et quand ce sont des responsables élus et administrateurs eux-mêmes qui sont les commanditaires des affaires scabreuses, comme cela a eu lieu dans l’affaire de l’EAC Mohamed Ghriss à Ain El Türck, on imagine l’ampleur des dégâts. Comme quoi, ni le foncier urbanisable, ni le foncier agricole n’échappe aux rapaces et aux brigands qui ont dépecé le foncier dans la daïra d’Ain El Turck, dont récemment l’affaire de la coopérative immobilière ‘’Zerga’’ de St Roch ou d’autres encore à El Ançor.

Habib Medjadji
Dimanche 23 Juin 2019 - 18:23
Lu 1557 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 24-09-2020.pdf
3.86 Mo - 23/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+