REFLEXION

BILAN DES ACCIDENTS DE LA ROUTE DES 11 MOIS DE L’ANNEE 2016 : Un accident tous les deux jours !

La wilaya de Mostaganem ne semble point être épargnée par l’hécatombe routière qui endeuille des dizaines de familles et alimente les hôpitaux en centaines de blessés, dont certains seront handicapés à vie. Le bilan des accidents de l’année qui tire à sa fin, conclut qu’un accident s’enregistre tous les deux jours, un mort tous les six jours et un blessé tous les jours !



Le bilan des onze premiers mois de l’année en cours, portant sur les accidents à travers les axes routiers du territoire de la wilaya, tend  sérieusement  à devenir  des plus alarmants, face à la cinquantaine de morts, déjà enregistré et du nombre élevé de 162 accidents ayant survenus. Lors de la conférence animée par le commandant de la gendarmerie nationale, en milieu universitaire, entrant  dans le cadre de la campagne de sensibilisation  sur la sécurité routière, le bilan établi sur les accidents survenus  en 2016 ( de Janvier à Novembre) à la wilaya de Mostaganem, laisse apparaître un nombre  de 162 accidents, dont 50 ont été  mortels,109 ayant causé des dégâts corporels, et juste 03 ayant provoqué des dégâts matériels. Ces derniers ont été également à l’origine du décès de 59 individus, et  des blessures à  351 autres personnes. Quant aux routes les plus exposées aux accidents, les chemins de wilayas demeurent les  plus ciblés et où 85 accidents ont eu lieu. La fréquence des accidents selon le rapport élaboré, indique  que le samedi, l’un des jours de repos  demeure  le plus dangereux sur  le plan de la circulation routière, de par le nombre  de 44 accidents ayant survenu en ce jour. Parmi les causes de la  survenue des  accidents, le bilan souligne  que 70 accidents ont été provoqués par l’excès de vitesse qui reste le premier facteur, secondé  par  26 autres accidents survenus  par le manque d’inattention lors du dépassement,15 accidents  par  les manœuvres dangereuses, et 13 accidents  par la circulation sur la voie gauche.  Face à un tel bilan , dont les chiffres  qui glacent le dos , il est encore temps que  la société  civile s’implique toute entière et  davantage dans la prise en charge de la sécurité routière, qui n’est pas uniquement  du ressort  de la gendarmerie nationale ou de la police nationale, mais demeure  une affaire de tous, pour combattre  le fléau national si ravageur qu’est le terrorisme routier .

L.Ammar
Samedi 10 Décembre 2016 - 20:05
Lu 472 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma