REFLEXION

BETHIOUA (ORAN) : Sit-in de jeunes chômeurs devant l'ANEM

Des jeunes chômeurs du chef-lieu de la daïra de Bethioua en compagnie de ceux de Ain El-Bia dénoncent une discrimination et un favoritisme dans le recrutement.



Près d'une centaine de jeunes chômeurs de la daïra de Bethioua et de Ain El-Bia , âgés entre 25 et 46 ans, ont observé un énième sit-in devant le siège de l'agence ANEM pour revendiquer les passe-droits des différents recrutement opérés par les entreprises étrangères polluantes qui menacent leur vie en compagnie de leurs proches et familles, n'ont pas eu la chance à ce jour d'être recrutés par ces entreprises implantées au niveau de la zone industrielle de Bethioua. Ces derniers  ont signé une pétition, accompagnée d'une lettre, adressée au chef de daïra pour dénoncer, ce qu'ils qualifient de discrimination, dans le recrutement par les différentes sociétés algériennes ou étrangères, implantées sur la zone industrielle. Bien qu'ils soient résidants de cette daïra à proximité de la plus importante zone pétrochimique du pays, ces jeunes chômeurs se disent exclus et marginalisés de toute opération d'embauche effectuée par les différentes sociétés sans motif justifiant ce refus de recrutement. Selon les représentants de ces jeunes, « nous demandons notre droit au travail dans cette zone qui regroupe un nombre important de sociétés à l'exemple de Sonatrach, Tosyali, Total, Sorfet et bien d'autres et nous ne comprenons pas pourquoi les jeunes habitants Arzew, sont toujours écartés des opérations de recrutement qui y sont effectuées ». Pour les représentants des signataires de la pétition, « toutes nos tentatives auprès de l'Agence de l'emploi ANEM d'Arzew pour régler le problème ont été vaines. Nous n'avons reçu que des promesses sans suite au moment où les recrutements continuent sans faire appel aux jeunes d'Arzew ». Devant cette situation, ces jeunes demandent l'intervention du chef de daïra pour prendre en charge leurs revendications et instaurer l'égalité des chances dans le recrutement sans « favoritisme ni passe-droit », selon leurs déclarations. Il y a lieu de signaler que l'année dernière, de jeunes chômeurs avaient organisé, un rassemblement de protestation, bloquant la voie ferrée de la ligne Oran Arzew. A l'instar de leur précédente action de contestation, les jeunes avaient revendiqué le droit à un emploi dans les zones industrielles du port etc. A l'origine de ce malaise, la détérioration de leur cadre de vie et le chômage selon un représentant des contestataires.

Medjadji H.
Vendredi 11 Octobre 2019 - 17:50
Lu 237 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 16-10-2019.pdf
3.37 Mo - 15/10/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+