REFLEXION

BENGUENEB SLIMANE, LE DOYEN DES JOURNALISTES DE MOSTAGANEM : ‘’43 ans de presse, sans le moindre honneur’’

Le doyen des journalistes de Mostaganem, M. Bengueneb Slimane se désole énormément de n’être point honoré pour son long parcours de journaliste, ayant sillonné la vaste wilaya de Mostaganem de l’époque avec ses deux villes Relizane et Mascara. Durant 43 ans, il s’est toujours forcé de fournir des informations d’un douar à l’autre, juste pour les besoins d’une communication constructive. Malheureusement, et à ce jour, nul n’a pensé à l’honorer pour son professionnalisme et son total dévouement à la presse.



Enseignant de formation, M.Bengueneb Slimane, qui demeure le doyen des journalistes de la wilaya de Mostaganem,  passionné par le journalisme, a débuté  sa carrière journalistique comme correspondant avec le quotidien national ‘’Echaab’’ en 1974, à titre gratuit. En 1975, il rallie l’équipe de la ‘’République’’, et devient l’un de ses premiers journalistes en langue nationale. Aujourd’hui, il est encore à son poste et continue d’alimenter en articles sa rubrique consacrée aux régions. M. Bengueneb se souvient  de ses couvertures qu’il assumait avec dévouement en se rendant à travers toutes les localités de la vaste wilaya de Mostaganem de l’époque, qui  avait sur son territoire,  les deux villes de Mascara et Relizane. Il était chargé  par son quotidien, de fournir toutes les informations générales  sur l’actualité, l’activité sportive et   le développement sur toutes  les localités de la wilaya de Mostaganem. Il effectuait des reportages sur les lieux isolés de la wilaya, et a été l’un des premiers journalistes  à aborder le sujet de l’arabisation, qui a fait l’objet  de larges campagnes  de sensibilisation à l’époque. Parmi ses articles qui ont  touché le plus l’opinion publique, M. Bengueneb cite  celui d’Ain Tédelés, qui a été publié  en 1980 et portait sur la vente d’une viande impropre. Le doyen  des journalistes a rédigé cet article, suite à la vente de certains bouchers de la ville d’Ain  Tédelès, d’une viande provenant de moutons morts suite à des inondations. Un second article a ciblé le phénomène particulier de  la ville de Mostaganem. Il était le premier journaliste à aborder ‘’ le couche-tôt’’ des Mostaganemois. Ces deux articles  ont fini par le faire connaitre à travers toute la wilaya, et surtout à faire grincer les dents à certaines personnes.  Après ce long parcours de  43 ans de plume avec ses milliers d’articles, touchant à tout, M. Bengueneb se désole de n’être jamais honoré pour  ses écrits journalistiques ou faire l’objet d’un hommage, rendu à la corporation  des journalistes dont il est le doyen.

Ismain
Samedi 12 Mai 2018 - 17:46
Lu 402 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 21-03-2019.pdf
3.17 Mo - 20/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+