REFLEXION

Applaudissez et dites amen



Qui pourrait dresser un état des lieux exhaustifs, de l'assemblée populaire nationale un constat pourtant s’impose, loin d’avoir débouché sur une rénovation de la procédure législative et une revalorisation de la fonction parlementaire. Réforme on ne connaît pas, sinon que celle-ci est devenue une caisse enregistreuse, en absence du débat politique, d’autant plus que la contradiction y est rare. Consentir à débattre à l’Assemblée avec l’opposition? Une perte de temps! Justifier ses choix en s’efforçant de présenter une argumentation raisonnée? Quel intérêt? Confronter les analyses pour éclairer l’avenir? Accepter que soit contrôlée l’efficacité des lois votées? Niet! C’est donc sans vergogne qu’aussi discrètement que patiemment, le gouvernement, impose avec la complicité active des nantis inféodé, dévitalise l’Assemblée nationale en multipliant de manière totalement inusitée l’usage des diverses possibilités offertes par la Constitution et en les conjuguant aux ressources étonnantes d'un règlement au service de la médiocrité et de l'applaudimètre qui fonctionne au quart de tour. Pour se faire, le gouvernement applique presque systématiquement la procédure dite «accélérée» aux différents textes. La boulimie législative explique une telle dérive. On comprend qu’au vu des exigences induites par cette frénésie confinant à l’intempérance, il faille prendre ses aises avec les vertus de la délibération dans un parlement bicaméral…L’instrument imaginé à cette fin a constitué la principale motivation de ces représentants de leur propre personne non celle du peuple ne vous y trompez pas Au sein de ce dispositif conçu comme une arme contre l’obstruction, le temps des débats est donc globalisé, toutes les interventions des députés étant décomptées sur le volume des groupes, sauf celle du président ou des ministres qui échappent aussi à la règle. Et comme personne ne peut s’exprimer, pour réduire les débats à leur plus simple expression, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, puisqu'il suffit de répondre oui. Scènes assez tristes de ces rentiers, vous ne croyez pas ? Mais chez nous tout est possible puisque c'est insidieusement que s’installe ainsi l’habitude de hocher la tête et de lever la main, geste machinal me diriez-vous, à voir tous ces députés sur les bancs de l’hémicycle correctement garnit pour qu'un texte a toutes les chances d’être adopté sous la forme décidée. N'est-ce pas merveilleux alors à vos marques et applaudissez ou bien lever les mains et dites amen, car c’est tout ce que savent faire nos représentants.

Réflexion
Samedi 8 Octobre 2011 - 10:53
Lu 312 fois
Edito
               Partager Partager

Dans la même rubrique:
1 2 3 4 5 » ... 230

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 08-12-2019.pdf
3.51 Mo - 07/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+