REFLEXION

Algériens, seriez-vous au rendez-vous ?



On  saluera peut-être  le 10 mai prochain, la participation historique des électeurs aux législatives. Le vote massif des Algériens, donnera sans doute une grande gifle à ceux qui appellent au boycott,  dont ceux du FIS dissous. L’appel du  président de la République, sera peut être entendu par le peuple et que ces législatives seront un tournant décisif pour le pays. Les électeurs sont appelés, donc à se sont rendre massivement aux urnes et de s’exprimer en toute liberté surtout après les garanties données par le président de la République,  pour que ces élections se déroulent dans une totale transparence. Dans le cas où l’appel du président sera entendu, l’ espoir sera permis pour une fois et contrera tous les complots internes et externes des ennemis de l’Algérie, surtout après leur déception du 17 septembre dernier suite à l’appel de BHL à la révolution en Algérie. La participation aux législatives oscille traditionnellement entre 30% et 55% et elle ne sortira éventuellement pas de cette règle si l’on croit certains observateurs. Les partis politiques, à la recherche de légitimité populaire après leur longue absence de la scène politique, appellent par avance à une participation massive à ce scrutin malgré l’indifférence d’une large partie de la jeunesse Algérienne. Alors que les résultats ne sont connus d’avance, certains responsables de partis politiques se permettent de prédire des résultats à leur faveur. Le rapport de force entre les différentes factions conservatrices notamment entre les nationalistes et les islamistes est évident  et qu’il continuera à dominer largement la future APN et ce en l’absence de forces démocratiques. On assistera le 10 mai prochain à l’élection de nouveaux députés souvent méconnus qui seront en effet des figures nouvelles se présentant comme des indépendants aux allégeances encore difficiles à cerner. Plusieurs députés sortants connus pour leur soutien sans faille au gouvernement auront du mal à se faire réélire. Les principaux partis politiques, qui détenaient la majorité des  sièges dans le parlement sortant, avaient en effet décidé de réinscrire les mêmes noms sur leurs listes pour ce scrutin pour que les chefs de ces partis restent sur leurs trônes.

Réflexion
Mardi 20 Mars 2012 - 10:04
Lu 185 fois
Edito
               Partager Partager

Dans la même rubrique:
1 2 3 4 5 » ... 230

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 08-12-2019.pdf
3.51 Mo - 07/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+