REFLEXION

Affaire Khalifa : c’est Belaïz qui était visé par le discours de Gaïd Salah



Pour Djilali Hadjadj, porte-parole de l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC), la démission du président du Conseil constitutionnel est liée au discours du général Ahmed Gaïd Salah sur la réouverture des dossiers de corruption. Selon lui, Tayeb Belaïz était à l’époque de l’affaire Khalifa ministre de la Justice. Il fait partie des membres du gouvernement qui avaient obtenu, à l’époque, des prêts extrêmement importants auprès des agences Khalifa sans justificatifs. C’était des prêts de complaisance qu’ils n’avaient pas remboursés. ‘’J’en suis persuadé. Quand j’ai lu le discours du chef d’état-major, j’étais persuadé que c’était Tayeb Belaïz qui était visé. Il n’y a aucune autre raison qui expliquerait sa démission’’, a-t-il déclaré dans un entretien accordé à actu-fil.

Réflexion
Mardi 16 Avril 2019 - 18:33
Lu 1433 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 25-04-2019.pdf
3.2 Mo - 24/04/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+