REFLEXION

ALIMENTATION EN GAZ ET ELECTRICITE A TISSEMSILT : Des zones d’ombre bénéficiaires et autres oubliées

Un plan d'urgence concernant l’alimentation en gaz et électricité et le gaz est en cours de concrétisation, dans le domaine de l’électricité et le gaz pour le désenclavement des zones isolées, l'assistance à la population vulnérable ainsi que le règlement des problèmes urgents de développement au niveau de ces régions, conformément aux directives des hautes instances du pays.



En effet, pas moins de 192 zones d'ombre recensées à travers la wilaya ont été désignées pour bénéficier de 192 projets d’électrification pour une enveloppe d’un peu plus de 62 milliards de centimes. Le chiffre a été révélé avant-hier au cours d’une rencontre officielle tenue au siège de la wilaya, selon les officiels. Ce chiffre a été obtenu à l’issue d’une opération de recensement réalisée dans les différentes circonscriptions administratives, à laquelle ont été associés les représentants de la société civile, les associations de parents d’élèves et les citoyens. Ainsi, il a été comptabilisé dans ces zones d'ombre des milliers de maisons sans électricité, chiffre qui indique l’ampleur du retard de développement de ces zones éparses réparties à travers la wilaya et devant faire l’objet de tels programmes, en somme, les mêmes chiffres précisent que sur les 22 communes que compte la wilaya, ces opérations d’électrification n’ont bénéficié jusqu’à présent qu’à neuf communes seulement parce qu’il n’est réellement pas possible de tout prendre en charge, loin de toute langue de bois. Il ne suffit pas de dire aux citoyens que tous leurs problèmes vont être réglés parce qu’ils ont été exposés aux autorités de la wilaya et c’est qu’après l’annonce officielle de ces projets, des zones bénéficiaires que certains lésés se sont levés pour dénoncer l’impartialité, l’oubli et la marginalisation et c’est le cas de dizaines de zones d’ombre, telles : Chmiro et Michane dans la commune de Layoune, Lamamra et Houabi à Lardjem, Sidi Slimane, Sidi Boutouchent, Sidi Abed, Beni Chaib et Beni Lahcen,Tamelaht, Sidi Ayed et Khenag Enhar à Khemisti, Magtaa à Bordj Bounaama etc… Même chose pour le gaz de ville, où des douars et des zones ont grand besoin de cette énergie vitale retrouvée en dehors de ce programme dans sa phase N 03. Il suffit de constater qu’il est programmé 95 centres qui seront bénéficiaires de projets de gaz de ville avec pas moins de 9295 maisons qui seront raccordées, ce qui indique encore une fois le degré de retard qu’accuse la wilaya dans ce domaine alors, que par un passé on avançait qu’en 2012, le taux d’électrification était d’un peu plus de 94%. Il est certain que la prise en charge des besoins se fera en fonction des disponibilités financières de l’État et heureusement pour notre wilaya, l’administration dispose grâce à ce programme de développement centralisé (Caisse de garantie et de solidarité des collectivités locales) des moyens financiers qui lui permettent de faire face aux dépenses nécessaires pour prendre en charge les besoins prioritaires…

Ould El Hadri
Mercredi 1 Juillet 2020 - 16:52
Lu 473 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma