REFLEXION

ALGERIEN TUE PAR DES POLICIERS FRANÇAIS EN 2009 : La France condamnée à verser 37 500 euros à sa fille



La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné jeudi la France pour «négligence» dans le décès d’Ali Ziri, un Algérien de 69 ans mort en 2009 à la suite d’une interpellation policière. Cette décision confirme pour ses proches la nécessité d’une interdiction définitive de certaines techniques d’interpellation. On s’en souvient, cet Algérien, salarié en France depuis 1962 avait été déclaré mort après être entré dans un état comateux suite à des brutalités dans les locaux de la police parisienne. La France va devoir verser «30 000 euros pour dommage moral et 7 500 euros pour frais et dépens» à Annissa Semache, fille d’Ali Ziri, qui avait saisi en juin 2016 la CEDH, institution créée par le Conseil de l’Europe et siégeant à Strasbourg. Ali Ziri avait été interpellé le soir du 9 juin 2009 avec un ami à bord d’un véhicule conduit par ce dernier. Les deux hommes avaient été transportés au commissariat d’Argenteuil, en région parisienne, où ils avaient été placés en garde à vue. Tombé dans le coma, Ali Ziri était mort deux jours plus tard à l’hôpital d’Argenteuil.                  

Ismain
Samedi 23 Juin 2018 - 17:32
Lu 195 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-12-2018.pdf
3.06 Mo - 17/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+