REFLEXION

ALERTE, LES EAUX DES DEUX BARRAGES SONT CONTAMINES : Les causes de la pénurie d’eau à Mostaganem

Alerte, les deux barrages de Chélif et Krada à Mostaganem sont contaminés par le Cyclops, l’un des plus dangereux crustacés aquatiques de petite taille, mortel pour l’être humain en buvant de l'eau, c’est la cause de la pénurie d’eau à Mostaganem, et qui s’avère que les services de l’ADE sont incapables de désinfecter les barrages. Mostaganem est actuellement approvisionnée à partir de la station de dessalement de Cheliff et de la station de la Mecta, en attendant de résoudre le problème, et qui n’est pas pour demain. Explication :



L’alerte a été donnée depuis le laboratoire de l'ADE au niveau de la station de traitement des eaux au niveau des réseaux de distribution, indiquant la présence d’un dangereux crustacé mortel ‘’ Cyclops’’ dans l’eau provenant du barrage ‘’Cheliff’’ le plus grand barrage du MAO d’une capacité d’environ 500 millions de m3, qui alimente toutes les régions de Mostaganem et Oran. En raison du pompage de son eau vers le deuxième barrage de ‘’Krada’’ d’une capacité d’environ 250 millions de m3 et qui alimente l’autre partie de Mostaganem, ce barrage a été également contaminé. L’alerte donnée, l’ADE interdit la distribution des eaux des deux barrages et du coup, Mostaganem est restée plusieurs jours sans eau.  
Depuis plus d’un mois, les responsables du secteur de l’hydraulique, et de l’Algérienne des eaux sont au four et au moulin pour trouver une solution au problème ; comment dépolluer les deux barrages avec quels moyens et quelles  finances … Selon certains experts en la matière, il est difficile ou presque impossible de vider les barrages, et même cette solution s’avère sans efficacité, car les œufs des crustacés peuvent habiter le sol et qui sera contaminé à son remplissage . La deuxième solution serait les désinfectants, une opération couteuse, mais également risquée du moment  qu’il s’agit d’un  produit chimique qui pourrait avoir des effets indésirables sur la santé des personnes.
Le temps est à l’attente d’une solution miracle, mais en attendant, l’algérienne des eaux fait des acrobaties pour alimenter la région de Mostaganem en eau potable à partir de la station de dessalement, mais avec les eaux de dessalement, Mostaganem est en déficit , car elle a besoin de 260 mille m3 quotidiennement  pour approvisionner les 32 communes. Sachant que la station de dessalement ne produit que 200 mille m3 par jour, l’ADE a ainsi un déficit de 60 mille m3 par jour, ce qui l’a poussée à s’approvisionner de la station de la Macta approvisionnant  Oran. C’est pour cette raison que les régions d’Ain Nouissy et Hassi Mamèche, qui sont alimentés à partir de la station de Macta, endurent le problème des coupures d’eau.  
La solution existait auparavant, mais elle a été négligée !
Mais comment rendre ces barrages à nouveau entretenus et opérationnels ? La solution d’entretenir les barrages existait auparavant mais elle a été négligée par les concepteurs du projet des barrages qui a couté au pays des millions de dollars ! Il fallait simplement, planter une couverture végétale tout le long des barrages avant la ceinture de sécurité, pour éviter le contact des animaux morts (sources de l’épidémie) avec la surface d’eau. Des expérimentations révèlent la capacité de certaines plantes à immobiliser ou extraire partiellement les polluants. Mais aucun des responsables n’a pensé avant la réalisation de ces barrages de planter tout aux alentours des espaces végétaux, plantes et autres pour servir de dépolluants et ceinture de sécurité (qui retient l’avancée des animaux attirés par les eaux du barrage). Ainsi, il était nécessaire de planter une couverture végétale qui immobilise les contaminants dans le sol.  On se sert des avantages du couvert végétal pour éviter le contact avec la surface d’eau, et les transferts de polluants vers les profondeurs .Les plantes vont davantage absorber et transporter des quantités de polluants vers leurs tiges et leurs feuilles.
Des puits de l’ADE utilisés pour irriguer les cultures !
A part, l’eau des barrages infectés et la station de dessalement, Mostaganem, n’a aucune autre ressource d’eau, après que l’ancien directeur d’hydraulique, par mauvaise gestion des ressources hydrauliques avait délivré une cinquantaine d’autorisations de forage, et avait l’exploitation des eaux des puits par les fellahs pour leurs cultures. Alors que dans telle situation de pénurie d’eau, la wilaya pouvait s’approvisionner de ces puits et forages pour un certain temps. Surtout les régions de Bouguirat, Hassiane, Ain Nouissy, riches de nappes phréatiques. Aujourd’hui il est nécessaire de récupérer les puits et les forages qui étaient auparavant gérés par l’ADE, pour les utiliser comme une réserve d’eau.    
Qui sont les Cyclops ?
 Le Cyclops est l’un des plus dangereux crustacés aquatiques de petite taille, mortel, héberge la forme larvaire du parasite. C'est ainsi qu'il contamine l'homme qui l'ingère en buvant de l'eau. Ce genre comprend plus de 100 espèces, vivant toutes en eau douce. Les Cyclops ont une longueur qui varie de 0,5 à 5 mm. Le corps est clairement divisé en deux zones : la partie antérieure, de forme ovale, est constituée par la tête et les cinq premiers segments thoraciques. La partie postérieure, beaucoup plus mince, est constituée du sixième segment thoracique et des quatre segments abdominaux, prolongés par deux appendices caudaux. Le Cyclops est un des genres les plus communs de la sous-classe. Ce genre comprend plus de 100 espèces, vivant toutes en eau douce. Le nom de ce genre vient du mot Cyclops, le cyclope de a mythologie grecque, car les espèces de ce genre ne possèdent qu'un œil médian. Les Cyclops se nourrissent de protozoaires (paramécies par exemple) et de petits crustacés (daphnies), mais aussi de débris animaux et végétaux.
 

Riad
Mercredi 8 Janvier 2020 - 15:51
Lu 3567 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 29-09-2020.pdf
3.31 Mo - 28/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+