REFLEXION

AID EL ADHA ET RENTREE SCOLAIRE : Les bourses des bas ménages, entre le marteau et l’enclume

Décidemment, les bourses de certains ménages au bas revenus demeurent d’une circonstance à l’autre, coincées entre le marteau et l’enclume, à encaisser tous les coups possibles, dus à la forte spéculation des prix et à un pouvoir d’achat érodé à bout qui a fini par plier bagages depuis longtemps. Face à un mouton de quelques kilos de viande à 40.000 dinars et les dépenses d’une rentrée scolaire qui revient à plus de 10.000 dinars par élève, certains chefs de famille se sont privés du mouton pour sauver la scolarité de leurs enfants et répondre à ses multiples frais.



La chance ne semble point sourire aux ménages dont le revenu demeure si bas, ainsi que d’autres catégories si démunies de la société, face à la coïncidence de la rentrée scolaire et de l’Aïd el-Adha  avec cette  nouvelle rentrée sociale  qui  débute par une fête religieuse (  l’Aid El Adha qui sera célébrée le mardi prochain ) , suivie de la rentrée scolaire fixée pour  le mercredi 5 Septembre 2018 . Ce hasard si triste pour certains ménages  ne parait faciliter les choses  et tend à les compliquer davantage  sur le plan  économique. Les dépenses  à engager restent si lourdes à endosser pour  certains chefs de familles et en particulier les  retraités, dont les pensions ne dépassent guère les 30.000 dinars.  Les prix élevés des moutons qui dépassent tout entendement  contraignent  beaucoup  de  citoyens à juste demander le coût et poursuivre le chemin. Leurs maigres bourses ne  pourront jamais supporter les pressions qui s’annoncent  et qui demeurent si ruineuses  pour les ménages disposant  d’enfants à scolariser.  A  ce sujet, des parents  rencontrés à Sidi El Adjel, à quelques mètres du  rond- point, où  un coin a été aménagé pour la vente des moutons et divers articles de boucherie, nous ont  déclaré, se priver du mouton au profit de la rentrée scolaire, au vu  de la forte spéculation des prix pratiqués.  L’un de ces derniers a affirmé : «, je suis obligé d’opter pour la scolarité de mes 04 enfants. Je pense que  le sacrifice du  mouton est un devoir pour ceux qui en ont les moyens », Pour ce citoyen qui parait n’avoir pas  assez d’argent pour faire face  à ces lourdes circonstances « l’argent  que j’ai mis de coté pour  ces deux événements est loin de me suffire. Je  dois sacrifier Aïd el-Adha pour  cette année et me contenter de quelques kilos de viande  ». C’est l’opinion de beaucoup d’autres  parents rencontrés et interrogés sur  cette coïncidence. « Autrefois, je n’imaginais jamais la possibilité de ne point fêter l’Aïd el-Adha avec un bon mouton. Aujourd’hui, je me suis rendu à l’évidence, avec la faiblesse progressive de mon pouvoir d’achat et les dépenses qui ne cessent d’augmenter avec  les multiples besoins de ma famille, cette éventualité est devenue  une amère  réalité que je dois subir ! » a témoigné  Adda, la soixantaine, fraichement retraité  et père de cinq  enfants, dont deux lycéens, deux au collège et une au primaire. D’autres familles, par contre essaient à joindre les deux bouts par des acrobaties diverses et tant de privations pour se payer  le mouton tant désiré.  Pour beaucoup  d’autres gens, l’endettement constitue le  seul et principal  moyen  à choisir  pour qui il  est  devenu  presque impossible de ne pas fêter l’Aïd. «  Tous les ans, je recours à l’endettement pour pouvoir me payer le mouton  du sacrifice et  que je dois  rembourser la somme à temps. Ce n’est pas cette année  avec les prix  qui flambent que je vais faire autrement. La célébration de cette fête religieuse reste  un symbole sacré que je ne peux me payer, reste à s’endetter  »,  a  déclaré Abdelkader,  un jeune fonctionnaire dans une administration publique. Côté religion, les spécialistes en la matière  sont unanimes. « Celui qui n’a pas les moyens de célébrer la fête religieuse qu’est Aïd el-Adha n’en est pas contraint. Le Coran dit qu’Allah n’impose pas aux gens plus qu’ils ne peuvent supporter. Il ne faut pas s’imposer des dépenses contraignantes et épuisantes. Cela n’a rien de l’islam », s’accordent à dire  certains  imams  questionnés sur ce thème.  En conclusion, les pères de familles ne savent plus où donner de la tête  face à ces événements si  importants et inévitables qui  s’annoncent  dés le mardi prochain pour l’Aid El Adha et le mercredi 05 Septembre pour la rentrée  scolaire. Les vacances semblent bien finies pour céder  la place à d’autres réalités si « douloureuses » pour certains ménages. La rentrée scolaire s’annonce très difficile pour toutes les bourses, particulièrement les chefs de familles qui ont plusieurs enfants scolarisés.  Les tabliers, les sacs à dos, les fournitures scolaires, les livres, etc. …. Comment s’en sortir ? C’est la question qui taraude tant de  familles qui ont toutes les peines du monde à faire face à ces dépenses  si  indispensables.

L.Ammar
Dimanche 19 Août 2018 - 21:16
Lu 644 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma