REFLEXION

AID EL ADHA 2020 A MOSTAGANEM : Les prix des moutons flambent et des questionnements

Cette fête du sacrifice du mouton, prévue officiellement pour le 31 juillet 2020 ,laisse à penser que Mostaganem ne fait pas exception à la tendance générale .Des éleveurs, croisés çà et là, ont indiqué que le prix des sacrifices continueront d’augmenter avec l’approche de l’Aïd El Kebir de 2020, à cause de la fermeture des marchés aux bestiaux. De fait, la pandémie a renversé les anciennes pratiques pour cette année balayant toute opération d’achat et vente d’animaux à sacrifier.



Certains citoyens estiment que l’absence des points de vente  en cette année, par crainte des rassemblements favorables à la contagion du virus, est une autre cause à considérer mais que les prix devraient baisser normalement dans les prochains jours si jamais les marchés voyaient leur réouverture. En effet, si ces points exceptionnels seraient autorisés, ils devront alors respecter les mesures préventives et être contrôlés  régulièrement par des équipes vétérinaires, du commerce et celles de sécurité ; mais, ce n’est pas sûr et certain que cette éventualité se concrétiserait si on se base sur le fait  que Mostaganem a enregistré, au milieu de cette semaine des chiffres records de cas positifs au Covid19 en atteignant  tout  récemment le total de 194 cas d’espèce. Au volet des conditions d’abattage eu égard à la nécessité d’application des mesures de prévention sanitaires contre la propagation du coronavirus, d’autres pensent qu’ils est plus logique et pratique d’orienter les adeptes du rite de sacrifice des animaux licites vers des centres d’abattage en l’occurrence ;les sept abattoirs que comptent la wilaya outre ceux du secteur privé et ce, sous la supervision d’un Médecin vétérinaire, agréé. En cas peu probable de réouverture des points de ventes, cela se ferait en collaboration avec les autorités civiles et sécuritaires locales qui devront alors assurer la régulation des marchés, d’une part et d’autre part de veiller à l’application des mesures préventives en mettant hors jeu ,de cette manière les chevillards afin qu’ils ne puissent pas mettre la main sur le monopole des transactions sur le marché des animaux dédiés au sacrifice de l’Aïd el Adha. Quoi qu’il en soit,  la décision ultime à ce sujet, reviendrait au premier magistrat de la wilaya, après consultation des organes compétents. En attendant des commerçants ont déjà commencé la vente de l’arsenal en coutellerie et autres annexes tandis qu’un autre rémouleur de couteaux et outils de découpe a commencé, très tôt, à offrir ses services et  à attirer les potentiels clients, au niveau de la cité Djebli, à Mostaganem. Entre-temps, il reste des questionnements dans l’air…

Younes Zahachi
Mercredi 22 Juillet 2020 - 16:55
Lu 821 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma