REFLEXION

AGRESSION A TIARET : Un médecin de garde pris en otage !

Aux environs de 2 heures du matin de ce lundi 19 novembre 2018,un groupe de 4 jeunes en état d’ébriété avancé et armés de toutes catégories d'armes blanches, ont fait une descente musclée à la polyclinique de la cité «Lombard», située aux hauteurs de la ville de Tiaret et suite à leur entrée brusque, un véritable climat de panique et de peur a gagné les lieux. Ces derniers ont pris en otage le médecin de garde et son équipe, pour la délivrance d’une ordonnance de psychotropes.



Ces jeunes, pris par un air d’hystérie, ont fait isoler le médecin de garde ainsi qu'un gardien, un infirmier et un employé, soit tout le staff qui assurait la permanence et les ont sommé de ne pas quitter la chambre et ont proféré une série d'insultes à l'égard du staff de permanence  avec de sérieuses menaces de passer au pire. Ces jeunes, ont haussé le plafond de leurs demandes et ont contraint le médecin de leur délivrer un certificat médical comportant des comprimés de psychotropes et en cas de refus, il sera attaqué à l'arme blanche et bien surveillé, le staff médical ne pouvait en aucun cas joindre la police ou autres, car, ils ont été interdits de faire recours aux téléphones. Le hasard, dit-on, fait de belles choses et une patrouille d’éléments de la police judiciaire relevant de la brigade mobile, de passage près des lieux  sont intervenus et ont pu arrêter les 4 jeunes, lesquels ont été pris en flagrant délit en état d’ébriété et armes blanches en main. Un grand soulagement a été ressenti au sein du staff qui a été pris en otage, durant près de trois heures dans un climat d'humiliations et d'insultes et les 4 personnes arrêtées ont été embarquées et ont été conduites vers le siège de la police judiciaire, relevant de la sûreté de wilaya de Tiaret, apprend on auprès de sources généralement bien informées Pour rappel, les médecins et les employés du secteur de santé et plus particulièrement ceux qui exercent lors des services de nuit en modèle de permanence, dénoncent avec fermeté le climat d’insécurité dont ils font l’objet et surtout ces pressions de toxicomanes qui demandent des comprimes de psychotropes loin des procédures légales L’enquête suit son cours, nous indique une source sécuritaire qui ajoute que ces formes de violence qui ciblent les établissements de santé, sont venues suite au resserrement de l’étau après que les policiers aient démantelé les réseaux de vente illicite de comprimés  de psychotropes.

Abdelkader Benrebiha
Mardi 20 Novembre 2018 - 16:01
Lu 443 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma