REFLEXION

AFFAIRE DE DETOURNEMENT A LA POSTE DE HASSI BOUNIF : 03 ans de prison ferme pour l’ex-maire

La cour d’appel du tribunal d’Oran, a statué sur l’affaire de détournement de plus de 07 milliards de cts du bureau postal Khaled Ibn El-Walid, sis au quartier « Zouia » dans la commune de Hassi Bounif. Les 02 mis en cause dans cette affaire sont l’ex maire de Hassi Bounif , C.A qui occupait auparavant le poste de facteur et sa co-accusée, la directrice de la Poste répondant aux initiales de K.K.



La genèse de cette affaire  remonte au  mois de juillet 2018, lorsqu’une épargnante dans ce bureau de poste, une algérienne résidente à l’étranger, ayant voulu  retirer la somme de 30 millions de cts de son compte épargne, avait découvert que son solde était de   zéro. Elle a de suite, déposé une plainte auprès des services de sécurité. L’enquête a été menée par les éléments de la brigade économique et financière de la sûreté de wilaya d’Oran. Une fois les investigations lancées, d’autres victimes se sont présentées au service de la BEF. Leur nombre a fini par atteindre 60. Il s’est avéré qu’hormis le détournement de sommes d’argent des comptes des clients de cette poste, entre épargnants et retraités et autres salariées recevant leurs salaires dans des comptes CCP, les deux prévenus ont abusé de la confiance des clients de ce bureau de poste. Parmi les plaignants, des personnes âgées de la commune de Hassi Bounif, confiaient des sommes d’argent à l’ex maire pour alimenter leurs comptes. Sauf que ce dernier qui occupait le poste de facteur avant son élection à la tête de l’APC, détournait cet argent avec la complicité de K.K, sa co-accusée, la directrice. Ainsi, sur les livrets d'épargne les sommes étaient mentionnées, mais les opérations n’étaient pas effectuées sur le réseau de la poste. Une fois l'enquête terminée, les deux mis en cause ont été arrêtés et présentés par devant le procureur de la République prés le tribunal de la daïra d’Ain El Turck, qui les a placé sous mandat de dépôt pour association de malfaiteurs et détournement de deniers publics. Les deux prévenus ont été par la suite jugés et condamnés à 07 ans de réclusion. Ils ont introduit un appel, d’où la réouverture du dossier. K.K,  receveur du bureau de poste, a nié les accusations retenues contre elle, disant que le détournement se faisait à son insu. Quant à l’ex facteur et ex maire, il a déclaré que « les sommes qu’il a détournées devaient lui servir à lancer un projet et qu’il avait l’intention de rembourser ses victimes. Il est à souligner que la poste d’Algérie s’est constituée en tant que partie civile dans cette affaire, puisqu’elle se retrouve dans l’obligation de rembourser les 60 victimes qui réclament 14 milliards. Le procureur de la République a requis le maintien de la peine de 07 années de réclusion, et le juge a fini par condamner l’ex maire à 3 ans de prison et madame le receveur à 5 ans de prison..

Medjadji H.
Mercredi 13 Novembre 2019 - 15:47
Lu 712 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+