REFLEXION

A UNE ANNEE DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE, UNE SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE INQUIETANTE : Quelle transition économique et politique pour l'Algérie ?

Quatre importants rapports dont deux relevant de l’international, concernant l’économie algérienne sont parues entre le 18 et 2O mars 2O13 intimement liés qu’il convient d’analyser avec attention. Il s’agit du montant du produit intérieur brut qui aurait été multiplié par trois en 1O ans, de l’importance de la masse salariale qui serait source d’inflation, du climat contraignant des affaires et enfin du rapport établi par The Economist Intelligence Unit sur la bonne gouvernance. Cela pose la problématique suivante : à une année de l’élection présidentielle avec les tensions sociales à travers toutes les régions et les secteurs du pays, une corruption qui menace la sécurité nationale, montrant les limites de l'actuelle politique économique, quelle transition pour l'Algérie ?



1.-La première information en date du 19 mars  de l’organisme officiel de la statistique algérienne ONS pour qui la valeur   du produit intérieur brut (PIB) de l’Algérie a plus que triplé en dix ans, passant de 4.123,5 milliards DA (54,8 mds dollars) en 2000 à 14.481 milliards DA en 2011 (198,8 mds dollars, une moyenne    annuelle de 4,2%  passant de 3,8% en 2000, avec un pic de 7,2% en 2003, avant de retomber à 3,6% en 2010 et à 2,6% en 2011, et pour rappel une moyenne de 3% entre 2O12-2O13. Selon l’ONS, le  PIB hors hydrocarbures a  évolué  de 3,8% en 2000 à 7% en 2007, pour atteindre un pic de 9,6% en 2009, puis 5,7% en 2011 et une moyenne de 5-6% ente 2O12-2O13. Le PIB  par tête d’habitant, le PIB est passé de 4.496,4 dollars en 2010 à 5.413,8 dollars par an en 2011. Cette croissance économique de l’Algérie durant ces dix années a été rendue possible grâce notamment à une demande d’investissement soutenue par le programme d’investissement public,  7  milliards de dollars pour le pré-plan 2O11-2OO3 et 5OO milliards de dollars entre 2OO4-2O13 (dont une grande fraction en devises) rendu possible grâce aux recettes de Sonatrach qui se sont élevés à 6OO milliards de dollars entre 2OOO-2O12. Outre que l’indicateur PIB est un indicateur trop global voilant les disparités entre catégories socio-professionnelles et spatiales, l’indice du développement humain IRH qui lui-même doit être amélioré étant plus fiable,(les transferts sociaux via les hydrocarbures en Algérie donnant un indice biaisé) ,  on peut démontrer facilement que 8O% de ce PIB comme le relève d’ailleurs l’ONS est dû à la dépense publique via les  hydrocarbures  et qu’il ne reste aux véritables entreprises créatrices de richesses dans le  cadre des valeurs internationales que 2O% dans leur participation  au PIB concernant tant le taux de croissance global que le taux de croissance hors hydrocarbures. Par ailleurs un taux de croissance se calculant par rapport à la période précédente, un taux élevé en 2O12 par rapport à un taux faible en 2O11donne globalement un taux faible. Raisonner à prix courant n’a aucun sens, devant toujours calculer à prix constants  en corrigeant par l’indice des prix à la production, à la consommation et tenant compte de l’évolution de la cotation du dinar algérien qui valait deux fois le franc français de l’époque . Exemple un revenu net de 2OOO dinars par mois  en 1974 équivaut en termes de parité de pouvoir d’achat en 2O13 l’équivalent de plus  de 3OO.OOO dinars  La population algérienne  n’ayant pas triplé en dix ans, si ce calcul  était juste et sous réserve d’une bonne répartition du revenu à la fois par couches sociales et par zones géographiques, il n’y aurait aucune tensions sociales en Algérie. Aussi  les données de l’ONS permettent de conclure qu’avec ce PIB au vu des tensions sociales qu’existe une concentration excessive du revenu national au profit d’une minorité rentière  et pas de proportionnalité entre l’importance de la dépense publique. La politique économique entre 2OO4-2O13 grâce à la rente des hydrocarbures est  semblable à celle de 198O-1986 ayant misé sur les  infrastructures et non sur l’entreprise et le savoir,  expliquant le dépérissement du tissu productif, (secteur industriel moins de 5% dans le PIB),  avec le  risque d’une bulle immobilière, du fait de l’impossibilité de rembourser les prêts  et  donc d’une très grave crise sociale  à l’instar de l’Espagne en cas de chute du cours de hydrocarbures.
2.-Ce qui nous renvoie  à la deuxième information, la déclaration   du Ministre des Finances pour qui la masse salariale représente 2.600 milliards de dinars environ 33,3  milliards de dollars. Or pour une interprétation objective, cette masse salariale aurait dû être éclatée entre  les emplois permanents et les emplois temporaires, entre la sphère économique (classement par postes de travail en référence aux normes internationales avec pondération des sureffectifs notamment au niveau   les entreprises publiques) et celle de  la sphère non productive  en scindant les secteurs de l’éducationnel et de la santé  qui contribue à terme à la création de la   valeur ajoutée, des autres secteurs bien qu’utiles  bénéficiant d’un transfert et toujours tenant compte  de sureffectifs. Cela  renvoie  d’ailleurs au débat sur les emplois rentes  pour calmer le font social via la rente des hydrocarbures et donc de la restructuration nécessaire à terme de la fonction publique. Le ratio masse salariale sur le PIB en 2O12 donne à peine 17% montrant ainsi une situation paradoxale où les revenus des indépendants  sont prépondérants,  la sphère  informelle contrôlant  plus de 4O% de la masse monétaire  en circulation et plus de 5O% de la sphère économique .Donc une politique des revenus  doit avoir une vision d’ensemble et non pas se concentrer uniquement sur les salaires  dont la part est en déclin par rapport au PIB expliquant d’ailleurs  le manque d’efficience de l’économie algérienne,  le ratios  dans les pays  émergents  dépassant souvent les 5O%. D’ailleurs  si l’on  s’en tient à ces données officielles, l’origine  de l’inflation ne concerne pas seulement la masse salariale mais existent d’autres facteurs plus déterminants  dont  les dysfonctionnements des appareils de l’Etat, entrainant un manque de régulation la mauvaise gestion et la corruption,  l’envoilée de la dépense publique avec peu d’impacts sur la sphère économique et sociale.
3.- Ces résultats  témoignent   d’une mauvaise  allocation, des ressources financières   car avec cette dépense faramineuse,  le taux de croissance aurait dû être entre 1O-15%. Ce qui nous renvoie au deuxième rapport, le climat des affaires. Dans la carte des risques à l’exportation, établie par l’américain, numéro un du courtage d'assurance, Aon, sur 163  pays, le 19 mars 2O13,  l’Algérie figure sur la liste rouge, les 12 pays « jugés les plus risqués   avec  le Mali -  le Tchad, la Namibie, le Cameroun, l’Éthiopie, le Madagascar, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, la Moldavie, l’Uruguay et le Panama». Cela rejoint   la 10e édition du rapport de la Banque mondiale Doing Business 2013  qui classe  l'Algérie à la 152e position sur 185 pays pour les facilités accordées à l'investissement,  reculant  de 4 places par rapport à 2012, Dans ce classement relatif aux meilleures conditions d'entreprendre dans le monde,  l'Algérie est classée à la 156e position pour le lancement d'une entreprise, 129e pour l'obtention d'un crédit, à la 138e position pour l'obtention d'un permis de construire, à la 129e position pour les procédures de facilitation d'exportation accordées aux PME, 126e position en matière d'application des contrats, 170e pour les procédures de paiement des impôts, et à la 82e position pour la protection des investisseurs. Cela explique, en plus  du changement perpétuel de cadre juridique,  en dehors des hydrocarbures,  la faiblesse  de l’investissement direct étranger porteur, la dominance de la tertiarisation de l’économie- petits commerce/service  (83% du tissu économique  en 2012, un  commerçants pour 24 habitants)  et la part dérisoire de moins de 5% du secteur industriel ans le produit intérieur brut traduisant le dépérissement du tissu productif. L’actuelle gouvernance  caractérisée par la  bureaucratisation (le terrorisme bureaucratique)  de la société algérienne, avec la faiblesse  de la morale et donc  d’un Etat de droit  qui enfante la sphère informelle spéculative,  bloque les initiatives créatrices. L’on assiste à des subventions désordonnées sans ciblage  source de gaspillage,  de fuite de produits hors des frontières et de découragement de la production locale. D’ ailleurs selon le Ministre des finances  les transferts sociaux  ont été de l’ordre de 1.300 milliards de dinars, (16,5 milliards de dollars) existant une contradiction avec  la loi de finances prévisionnelle 2O13 qui (18,2 milliards de dollars soit 9,57% du PIB) et ce en référence aux dernières données  de l’ONS. Selon une étude conjointe  de l’AIE  et  du PNUD ,  l’Algérie figure parmi les pays  qui subventionnent le plus  les produits énergétiques avec 1O,59 milliards de dollars  en 2O1O,  dont l’électricité 2,13  et es carburants 8,46 milliards de dollars.
4. Enfin le quatrième rapport  établi par The Economist Intelligence Unit,  think tank britannique   qui présente des études aux entreprises pour pouvoir prendre des décisions stratégiques à propos  de  l’indice de démocratie dans le monde pour l’année 2012  donne à l’Algérie    une note  de 3,88 sur une moyenne de  dix   étant  à la 118e place sur 167 pays examinés avec le Koweït, la Jordanie et le Qatar.  Ce classement est le résultat d’une moyenne de notes accordées à l’état du pluralisme et du processus électoral, au fonctionnement du gouvernement, à la politique de participation à la vie publique, au niveau de la culture politique et aux libertés civiles  et montre    que les réformes politiques présentées en 2011n’   ont pas encore été concrétisées  , la situation se caractérisant toujours  par un statut quo  quand  l’ouverture démocratique .
En conclusion, avec l’épuisement  des ressources traditionnelles d’hydrocarbures horizon 2O25-2O3O, il y a urgence pour préparer l’après hydrocarbures, d’une nouvelle réorientation  de la politique socio-économique renvoyant à l’instauration d’un  Etat de droit  et  d’une gouvernance renouvelée fondement d’ une transition démocratique.
A propos de l’auteur :
M. Abderrahmane Mebtoul - Docteur d‘Etat en sciences de gestion- (1974) expertise comptable –Lille France- (1973) Professeur des universités (Algérie), Expert international en management stratégique- Premier conseiller et directeur central des études économiques à la Cour des comptes 1980/1983- directeur d‘Etudes Ministère Energie/ Sonatrach (Algérie) 1974/1979-1990/1995-2000/2006, président du conseil des privatisations de 1996/1999 avec rang de ministre délégué –expert économique directeur d’études cabinet  DGSN 1997/1998- expert au conseil économique et social  de 1996 à 2008- Expert à la présidence de la République 2007/20080.

Dr Abderrahmane Mebtoul
Dimanche 24 Mars 2013 - 08:56
Lu 852 fois
TRIBUNE LIBRE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-09-2019.pdf
3.6 Mo - 18/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+