REFLEXION

A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE CONTRE LA RAGE : Les spécialistes insistent sur la vaccination des bêtes



A l’occasion de la journée mondiale de la rage, coïncidant avec le 28 septembre de chaque année, plusieurs spécialistes et médecins vétérinaires au niveau de la wilaya de Mostaganem ont insisté sur le fait que l’abattage des bêtes ne réglera pas ce problème. En effet, il est beaucoup plus impératif de vacciner d’où le principe mondial étant d’arriver à zéro décès par la rage. Face à cette situation, plusieurs habitants des régions éloignées  sont confrontés au danger permanent qui guette les écoliers qui habitent loin de leurs établissements, par des meutes de chiens qui circulent librement à travers les artères principales des villages à vocation agricole. Les résidents de ces douars  n’ont pas cessé de se plaindre de cet état de fait car plusieurs d’entre eux  selon leur déclaration sont obligés d’accompagner chaque jour leurs enfants à l’école pour leur éviter tout danger qui peut survenir de ces chiens errants, d’autant plus qu’une majorité de ces bêtes est porteuse de virus ou de maladies graves constituant un véritable danger pour la vie et la sécurité des enfants. Les efforts menés, jusque-là, par les autorités locales et les services concernés pour les éradiquer n’ont pas permis de mettre un terme à ce danger permanent. Selon des citoyens rencontrés, la présence, au niveau de ces villages  de dépotoirs d’ordures a énormément contribué à la prolifération, ces derniers jours, des chiens errants, qui y trouvent "à se nourrir.’’ La rage est encore présente dans une centaine de pays, surtout en voie de développement qui relèvent de nombreux cas de rage chez les chiens, directement responsables de la transmission vers l’homme. Or, la vaccination d’au moins 70% des chiens pourrait interrompre le cycle de transmission chez les chiens vers l’homme. L’Algérie enregistre par an, 120.000 cas de morsures, et prés de 900 bêtes enragées faisant entre 15 à 20 décès, dont la majorité sont des enfants, pour l’année en cours, 10 cas ont déjà été recensés. En 2015, une instruction ministérielle avait mis l’accent sur l’importance de la prévention contre la rage, l’objectif étant d’atteindre 0 décès, tel que tracé par l’organisation mondiale de la santé (OMS. Sachant que le thème pour cette année au niveau international est «La rage: Éduquer. Vacciner. Éliminer» .On y retrouve également la cible mondiale d’éliminer tous les décès humains dus à la rage transmise par les chiens d’ici 2030. La rage est une encéphalite virale grave touchant principalement les mammifères. Après apparition des symptômes, elle est mortelle. «Notons que le 28 septembre est également la date anniversaire du décès de Louis Pasteur, chimiste et microbiologiste français qui a mis au point le premier vaccin antirabique. Rappelons qu’une opération de vaccination de chiens gratuite vient d’être lancée, dans le seul but de faire face à cette pathologie qui reste transmissible par morsure.     

G.Yacine
Lundi 30 Septembre 2019 - 18:10
Lu 341 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 30-12-2020.pdf
3.38 Mo - 29/12/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+