REFLEXION

7EME VENDREDI DE MOBILISATION : La foule réclame la tête des 3B

Après 6 actes du mouvement populaire, une des premières doléances du peuple a été satisfaite après la démission de Bouteflika, la mobilisation de ce vendredi a pris une autre dimension et revêt un caractère décisif pour la suite des évènements. C’est l’heure de la vérité.



Des millions d’Algériens sont sortis pour le septième vendredi consécutif à travers tout le territoire national pour réclamer le départ du système et de tous ses symboles. Après la démission d’Abdelaziz Bouteflika de la présidence, le peuple n’est pas satisfait, et exige un changement radical. Il s’agit en effet de réitérer avec force la principale revendication des millions d’Algériens qui se sont mobilisés jusqu’ici : le départ du système dans tous ses prolongements et la mise en œuvre d’un processus d’édification d’un Etat de droit à travers une IIe république. Il s’agit donc de remettre l’horloge à l’heure et de faire échec aux nombreuses manœuvres qui ont tenté de dénaturer le message porté par le peuple. Conscient de la nécessité de garantir la continuité de l’Etat, le peuple n’a jamais fait du strict respect de la Constitution sa revendication, d’autant plus que cette dernière a toujours été conçue par et pour le régime. Or, cet aspect de la question est présenté comme une panacée par les détenteurs actuels du pouvoir. D’ores et déjà, le rejet des responsables devant gérer la transition conformément aux dispositions constitutionnelles, qu’il s’agisse d’Abdelkader Bensalah, de Tayeb Belaïz et son Conseil constitutionnel ou de Noureddine Bedoui et son gouvernement, est exprimé avec force. Il le sera davantage dans les jours à venir car acteurs et observateurs avisés du mouvement du 22 février s’accordent à pronostiquer une mobilisation encore plus forte chaque vendredi, malgré les dispositions dissuasives prises par les autorités, notamment en limitant l’accès à la capitale. Ce vendredi, c’était en quelque sorte l’heure de vérité. Les manifestants ont tout mobilisé pour réussir une impressionnante démonstration de force et au Haut commandement militaire de scruter le moindre détail. Les deux parties se jaugeront en fait. Les dirigeants de l’armée tenteront d’évaluer le véritable degré de détermination du mouvement et, à travers ses premières réactions, ce dernier évaluera à son tour la sincérité des engagements de Gaïd Salah à accompagner le peuple dans la réalisation de ses objectifs.

Ismain
Vendredi 5 Avril 2019 - 17:54
Lu 513 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-10-2019.pdf
3.62 Mo - 16/10/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+