REFLEXION

3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran



Les organisateurs de la 3ème  conférence internationale de biosciences, organisée à Oran, en présence des spécialistes et chercheurs, ont porté leur choix sur le cancer en raison de l'incidence de plus en plus importante de cette maladie en Algérie comme dans le reste du monde. Plusieurs thématiques seront au programme de cette rencontre comme "l'apport du réseau national des registres du cancer au plan national cancer 2015-2019", " l'oncogenèse et progression des cancers", "le rôle du pathologiste dans les testings moléculaires en cancérologie et expérience du service de pathologie de l'hôpital militaire régional universitaire d'Oran", "le cancer à l'ère de la médecine de précision" et autres sujets. Le dernier bilan du Registre national du cancer, présenté samedi à Oran lors de la 3ème conférence internationale des biosciences montre que les femmes sont plus touchées que les hommes par cette maladie.Ce dernier bilan concerne les résultats de l’année 2017, présenté par le Pr Ahmed Fouatih, chef de la coordination de l’Ouest du registre du cancer, fait état de plusieurs conclusions dont le fait que les femmes soient le plus fréquemment atteintes par les différentes formes de cancer. Sur les 43.920 nouveaux cas enregistrés en 2017, 25.037 sont des femmes contre 18.883 hommes, a précisé le Pr Fouatih, ajoutant que cette tendance est partagée des trois réseaux régionaux Est, Centre et Ouest du registre du cancer. Par ailleurs, le même bilan tire la sonnette d’alarme: "le cancer du sein féminin est une raison d’inquiétude en Algérie pour le futur", en raison de son taux d’incidence et pour le fait qu’il touche des tranches d’âges jeunes - entre 25 et 35 ans- non concernés traditionnellement par la maladie.Chez les femmes, le cancer du sein présente 47.3% des nouveaux cas, suivi du cancer colorectal (11.9%), du cancer de la thyroïde (9.3%) et du cancer de col de l’utérus (7.2%). Les 5.9% restant touchent différentes formes de cette pathologie. Miraoui: une commission pour la prise en charge des cancéreux nécessitant une immunothérapie.Chez les hommes, jusque-là touchés  en premier lieu par le cancer du poumon et des branches, le cancer colorectal a gagné du terrain en 2017. Désormais, il est en tête de liste des cancers masculins avec 15.2%, suivi du cancer du poumon (12.5%), le cancer de la prostate (12.3%), le cancer de la vessie (10,5%) et le cancer de l’estomac (7.4 %).Pour sa part, le chef de service d’oncologie au CHU d’Oran, le Pr Boushaba, a indiqué qu’il a constaté une augmentation des nouveaux cas du cancer colorectal. Il a expliqué cette situation par le régime alimentaire riche en produits transformés et la présence de résidus de pesticides dans les aliments, entre autres. Le 3ème colloque de biosciences, organisé par l'Ecole Supérieure en sciences biologiques d'Oran (ESSBO), en collaboration avec l'Agence thématique de recherche en sciences de la santé (ATRSS), la Société d'oncologie médicale d'Oran (SOMO) et l’université Oran 1, réunit des scientifiques de différents horizons, notamment des biologistes et des oncologues. La rencontre regroupe plus de 180 chercheurs nationaux et étrangers et des experts ayant différentes approches qui aborderont différentes thématiques en rapport avec le cancer, notamment les dernières recherches en matière de sa prise en charge. Cet évènement sera par ailleurs couronné par la création de la coordination des chercheurs en oncologie de la région Ouest, dimanche, a-t-on encore ajouté.   

 

Medjadji H.
Dimanche 8 Décembre 2019 - 15:50
Lu 444 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 24-09-2020.pdf
3.86 Mo - 23/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+