REFLEXION

30 MILLIARDS POUR LA DEPOLLUTION DE LA COTE EST D’ARZEW : Vers l'éradication de 3000 fosses septiques à Mers El Hadjadj

De sources proches des services de la direction de l'hydraulique de la wilaya d'Oran, l'on apprend que 30.000 fosses septiques dans le village populeux de Hai Nedjma “ex-Chteibo” ont été éradiquées en 2010, et les dernières fosses septiques qui restent à Oran connaitront la même opération cette année.



Selon les  mêmes sources, il reste 2.000 fosses septiques  à Mers El-Hadjadj, où un projet devrait être lancé bientôt pour l'assainissement de la partie basse de cette région, notamment la zone de Marina. Ce  futur projet permettra la collecte de toutes les eaux usées de la partie basse de Mers El-Hadjadj, à proximité de la côte, pour être évacuées vers le collecteur public de Mers El-Hadjadj, en attendant la réalisation d'une station d'épuration, pour cette zone située à l’Est de la ville. Ledit projet concerne également les douars de Arraressa et Djefafla, relevant de la commune de Mers El-Hadjadj, dépourvus actuellement de réseau d’assainissement. Ce qui permettra d’ici la fin de l’année en cours d’éradiquer les dernières fosses septiques dans la 2ème ville du pays. Dans le passé, des localités dans la wilaya ont été dépourvues d’un réseau d’assainissement, ce qui a poussé les citoyens à recourir à ces fosses septiques qui ne sont généralement pas entretenues, ce qui se reflète négativement sur la santé publique. Ces fosses sont sources de microbes néfastes pour l’être humain, en plus des odeurs nauséabondes quelles dégagent surtout pendant l’été. Notons que ces dernières doivent être vidangées périodiquement, ce qui impose aux habitants de débourser entre 800 et 1200.00 DA, voire plus à chaque vidange .Les  habitants de ces localités reconnaissent les efforts entreprise par les collectivités locales pour assainir la situation des eaux usées, mais trouvent les actions insuffisantes. Quoi qu'il en soit, le sol truffé de  fosses septiques creusées de manière anarchique souvent à proximité des puits, ne présage rien de bon. Pour beaucoup d'habitants, le problème des fosses septiques n'est pas aussi simple qu'on pourrait le croire et risque à chaque instant de provoquer des débordements,  conséquences pour le moins ennuyeuses. Par ailleurs, la direction des ressources en eau de la wilaya cible également la région d’Arzew, afin de dépolluer la côte de cette commune d’exportation de pétrole et de gaz. Les travaux consisteront à raccorder les constructions situées près du littoral de Cap Carbon au réseau d’assainissement à la future station d’épuration d’Arzew. Le projet nécessitera une enveloppe financière de 30 milliards de cts. Les procédures administratives sont en cours pour permettre l’entame des travaux. D’autre part, ces dernières semaines, les automobilistes à Oran ont aperçu plusieurs engins en train d’effectuer les travaux de creusage au milieu de la route du 4ème boulevard périphérique. Selon le directeur des ressources en eau, il s’agit d’un projet d’assainissement important pour l’Est de la ville, qui consiste à la réalisation d’un nouveau collecteur principal des eaux usées sur une distance de 11 km, à partir de la cité 1600 logements à Sidi El-Bachir en passant par le nouveau stade de Belgaid, ensuite la route du 4ème boulevard périphérique pour arriver au collecteur de la station de pompage de Petit Lac, où les eaux seront ensuite transférées à la station d’épuration d’El Kerma.

 

Medjadji H.
Lundi 27 Janvier 2020 - 15:32
Lu 326 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 20-02-2020.pdf
3.9 Mo - 19/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+