REFLEXION

22 OCTOBRE : JOURNEE NATIONALE DE LA LIBERTE D’EXPRESSION : Un nouveau combat s'engage…

Le 22 octobre 1955, naissance de la première revue de la révolution Algérienne ‘’Al-Mouqawama Al-Djazaïria’’ (La résistance algérienne). Cette date qui vient perpétuer les valeurs et le rôle de la communication durant le combat contre le colonialisme, honore la presse algérienne en choisissant, la date du 22 octobre, comme la journée nationale de la liberté d’expression.



Un choix qui a été pour les gens de la presse, un soutien à leur combat pour la liberté d’expression afin qu’elle puisse accéder à la place de choix qui lui revient dans le monde de l’information. Les journalistes à l’air des changements que vit le pays, se réjouissent par l’élimination des obstacles qui ont été posés par l’ancien système (la Issaba) pour nuire à la presse et interdire aux journalistes de dénoncer la corruption et le ‘’Fassad’’. Aujourd’hui, la presse algérienne, sans obstacles, vante, les dernières déclarations du numéro 1 de l’institution militaire, qui avait annoncé son soutien à la presse pour dénoncer les malversations, reconnaissant en outre le poids et le rôle incontournable du quatrième pouvoir. Aujourd’hui mardi 22 octobre 2019, nous fêtons pour la sixième fois, la journée nationale de la presse. Une occasion pour réaffirmer que la liberté de la presse est l'un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques, qui reposent sur la liberté d'opinion et la liberté d'expression. Le choix de cette date pour fêter la journée nationale de la presse n’est pas venu du hasard, c’est une journée spécifique à l’Algérie qui coïncide avec le 22 octobre 1955, en l’honneur de la publication le 22 octobre 1955, du premier numéro du journal « El-Mouqawama El-Djazairia », organe du Front de Libération Nationale (FLN) et de l’Armée de Libération Nationale (ALN) ». C’est un défi pour la presse algérienne, qui lutte pour sa liberté, qui doit assumer sa mission et jouer son rôle pour développer ses atouts et faire de sa plume un glaive contre les ennemis et les menaces qui guettent l’Algérie. La presse algérienne s’est ouverte sur le pluralisme, et des centaines de titres «indépendants» ont explosé chez les buralistes, ce qui démontre que la presse algérienne s’est démocratisée. Aujourd’hui, les hommes de plume doivent investir le professionnalisme et arracher une place digne parmi la presse mondiale .Prouver aux pays étrangers par l’écriture professionnelle et libératrice, et le respect à la déontologie et l’éthique, que la presse algérienne est en bonne santé et que les journalistes sont les soldats de l’Algérie ! Cette journée nationale est un acquis à consolider afin de protéger et valoriser le travail du journalisme, un métier noble qui doit être au service du pays et de la population et la stabilité de l’Algérie et un pare-chocs contre toutes menaces étrangères ! 

Riad
Lundi 21 Octobre 2019 - 18:40
Lu 766 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 13-11-2019.pdf
3.8 Mo - 12/11/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+