REFLEXION

20 UNITES A L’ARRET POUR ECHAPPER AUX CONTROLES : La gendarmerie enquête sur des minoteries et des laiteries privées à Oran

Dans le cadre des investigations relatives aux crimes économiques, les enquêteurs de la Gendarmerie nationale, ont lancé depuis quelques jours, des enquêtes sur le trafic des produits subventionnés, à savoir la poudre de lait et le blé, apprend-on de sources concordantes. Ces deux produits subventionnés et notamment, qualifiés par des experts de « gouffres financiers» feraient l’objet d’un immense trafic ont été toujours de la part de certains opérateurs économiques.



C’est à la demande des plus hautes instances du pays, précise-t-on de même source, que des minoteries et des laiteries, réparties à travers le territoire de la wilaya d'Oran, notamment dans les communes des  daïras d'Es-Senia ,Oued Tlelat , Boutlelis et autres communes pour ne les cités tous, seraient ainsi concernées par ces enquêtes, à l’instar des autres wilayas du pays. Notre source indique que les investigations seront chapeautées par les enquêteurs du groupement de la gendarmerie nationale d’Oran, en collaboration avec une brigade mixte composée des services de la DSA, des douanes, du commerce, de la direction de l’industrie et des  mines, des impôts et de la CCLS.  Cette enquête qui se penchera entre autres, sur la traçabilité  des pratiques commerciales et l’authentification des factures, intervient quelques mois après le limogeage du directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) Mohamed Belabdi et la fermeture de 45 minoteries pour violation de la réglementation en vigueur et notamment la surfacturation et les fausses déclarations, rappelle-t-on. A cet effet , plus de 20  gérants de minoteries de la wilaya d'Oran se sont donnés le mot pour fermer leurs minoteries sous prétexte des congés annuels , sachant bien qu'ils ont créé un climat malsain pour saboter les décisions du gouvernement afin d'échapper aux contrôles mais aussi pour créer une zizanie au sein de la société civile, du fait que la spéculation est de mise du moment où les prix de l'orge ont doublé allant de1200 Da le quintal à 2900 Da le quintal en cette période de confinement d'où les éleveurs qui tirent la sonnette d'alarme ne savent plus à quel saint se vouer à cause des prix très exorbitants de ces produits conventionnés par l'État. Devant cet état de fait qui ne fait que nuire à l’activité, il est temps que les services du commerce de la wilaya d'Oran prennent des mesures qui s'imposent voire même le retrait des agréments du moment où des centaines de dossiers de demandeurs d'agrément d'exploitation de semouleries où minoteries croupissent dans les tiroirs des services concernés pour ne pas s'étaler longuement sur cet épineux sujet qui n'augure rien de bon.

Medjadji H.
Mercredi 20 Mai 2020 - 20:12
Lu 1324 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 28-05-2020.pdf
6.56 Mo - 27/05/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+