REFLEXION

160 MILLIARDS DE CENTIMES POUR L’AMENAGEMENT DE L’OUED AIN SEFRA : Un projet à la traine depuis 4 ans

Le directeur des ressources en eau de la wilaya de Mostaganem, Moussa Lebgàa, a indiqué que le projet d’aménagement de l’Oued Ain Sefra a atteint un taux de 65%, prétendant que les travaux se poursuivent toujours, alors qu’aucun ouvrier n’a été vu sur les lieux depuis plusieurs mois, même le gazon n’est pas arrosé au niveau de la cité des Castors.



Initialement, l’oued Ain Sefra devait laisser place à un grand projet d’embellissement type européen, un grand boulevard de 5 km avec des show-rooms R+2 , deux chemins pour cyclistes et footing, des passerelles pour piétons et des espaces verts tout le long de l’Oued. Le tout estimé à 160 milliards de centimes, prenant l’image d’une rivière d’eau douce et un parking géant à ciel ouvert sera visible tout le long de la route Sidi Othmane – Centre-ville, sécurisé avec des feux tricolores. Inscrit en 2014, le même responsable a ajouté que sa direction procède actuellement à des travaux de canalisation  de l’oued,  vu que les travaux de  réalisation de l’ ouvrage reliant le quartier antique Tabana à l’école des Tapis avec Tigditt ont  été achevés et ce, pour alléger la circulation routière à Tigditt et donner plus d’attrait  à l’oued .Un ouvrage  de franchissement sera réalisé par la société « SAPTA », où le montage sera fait dans 2 ou 3 mois. Rappelons que concernant l’autre côté de l’Oued (droit – quartier Houria), 8 grands terrains ont été concédés à des investisseurs pour la réalisation de show-rooms en R+2 (pour autos, électroménagers, superette ou autres). Ces constructions devaient s’élever pour être à niveau des habitations du quartier Houria sans pour autant cacher la visibilité du grand espace vert aux habitants de ce quartier. Ainsi, le paysage reflété par l’oued Ain Sefra devait changer totalement, l’entretien fait défaut à plusieurs endroits du projet.  Par ailleurs et s’agissant des projets de l’AEP,  la direction  de la DRE a pris en charge 44 douars recensés comme «  zones d’ombre » et ce, pour la réalisation des différents projets liés à ce secteur stratégique.  A cet égard, il a été réservé une enveloppe financière de 23 milliards de cts, afin de régler le problème d’approvisionnement  de cette ressource vitale, notamment  dans les communes de Safsaf et Souaflia. Dans un autre contexte, le directeur a signalé  que certains agriculteurs seront poursuivis en justice. Ces derniers ont exploité illégalement l’eau potable pour arroser et irriguer leurs cultures agricoles. Le DRE dira en ce sens qu’on a recensé 5 à 6 cas, chaque semaine. « Une personne a réclamé l’absence  d’eau potable, le lendemain,  nous nous sommes  déplacés  sur les lieux où  nous avons  découvert 6 branchements  illicites de 60 mm de diamètre sur une conduite de 80 mm » Tout en s'interrogeant sur cette situation  « Comment l’eau arrive-t-elle au réservoir ? Ces raccordements ont été carrément coupés » dira-t-il.

Smain
Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:45
Lu 966 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 08-08-2020.pdf
3.78 Mo - 07/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+