REFLEXION

05 JUILLET 2019 : FETE DE L’INDEPENDANCE : Une joyeuse commémoration musicale à Mostaganem

Pour célébrer la commémoration du 57éme anniversaire du recouvrement de l’indépendance , la « jeunesse andalouse » de Mostaganem , s’est littéralement réappropriée sa fête avec une virtuosité et une aisance déconcertante , qui ont forcé l’admiration d’un public en or , venu nombreux découvrir une nouvelle initiative musicale toute en fraîcheur, où l’on sentait les gammes jubiler de bonheur , sur une scène de théâtre , devenue soudain trop exigüe , pour un ensemble orchestral de vingt quatre talentueux musiciens , tous formés dans les associations de musique andalouse de la ville , à l’instar d’El Fen wa Nachat , ibn Badja , Wichah El Andalous et dans l’ex association Azur .



L’ensemble   musical ,dénommé « Ensemble  des  jeunes  talents mostaganémois » qui  n’a  ,faut-il  le  souligner ,aucune  prétention  andalouse  au  sens  académique du  terme  ,s’était  pour  l’occasion  fait  un  grand  plaisir , en  donnant   libre  court  à  une  féérie   musicale , en  allant  cueillir  au  grand  air  , d’autres  fleurs  et humer  d’autres  senteurs.   Ce nouvel  orchestre , bâti  sur le socle du  respect ,de  l’amitié  et du  professionnalisme  , se présente  plutôt  comme  un  panel  musicalement très  équilibré  , où  les  cordes    s’harmonisent à des gammes tempérées ,que  cadencent une  rythmique merveilleusement   synchrone , empruntée  au  riche  tempo  de  la belle  variété  algérienne, très  en  vogue  à une  certaine  époque , suscitant  une  merveilleuse  nostalgie  parmi  un  auditoire bariolé,  où  se  rejoignaient  tous  les  âges . Et  ce  public  en  symbiose  avec  l’orchestre , aurait   aimé  que  s’éternisât   la fête ,  tellement   le programme  proposé  , s’inspirant   d’une  palette  richement   irisée,  allait le  réjouir  à chaque  pincement  de   cordes   et  à  chaque  variation  de  cadence  .Et comble de  bonheur ,  une  chorale  démultipliée  enjolivant   l’arrière-scène , est  venue  rehausser   chaque  tournure  musicale , avec à  la clé   des  voix prometteuses  , comme  celle  de  la  jeune  Faradj , dont  la  tessiture  vocale  a tendance  à  s’élever vers  le  soprano , pour la  grande  satisfaction  des  mélomanes , restés  tout-ouïe .  Question  prestations  musicales ,nous eûmes  droit  à  un  cocktail  très  plaisant , où  l’« alchimie mélodieuse », faite  d’ingrédients  jubilatoires  , allait  subjuguer  plus d’un !  Ainsi après quelques  joyaux d’ inklabat  , insrafat  et  khlassat  très rythmés , nous  voilà  invité dans  le  patio de l’ Aroubi  pour  se remémorer avec  émotion  «men  ybate  ira3i lahbab » , la  poignante  complainte de cheikh Benkbabti . S’ensuivront  d’autres  pépites  musicales  ,où  des  standards  « ya   rayah » , « bladi  hiya  el  djazaîr » , « wahran  el  bahia » seront revisités  par  des  voix mélodieuses qui  rassurent , tandis  que  « rah  el  ghali  rah »  de Mahboub  Bati chantée au départ  par  boudjemma El Ankis  , sera   elle reprise , en  langue  amazigh -tout  comme l’avait Matoub  lounès  - par  une  jeune  chanteuse  qui a déjà  tout  d’une grande.   Et  le public  n’était  pas  au  bout  de ses  surprises ! Car le  clou  de  la   commémoration fut  sans  conteste  ,le  remake  du  célèbre  «El Hamdou  Lilah  ma  bkach  isti3mar fi  bladna » ,  hymne  de  l’Algérie  nouvellement  indépendante  que chanta  à l’époque , le chantre  du chaabi , Hadj  m’ Hamed El  Anka  entouré de  ses élèves  et  accompagné  par  l’orchestre  de  Mustapha  kandrani.C’était à l’aube  de l’indépendance ,juste  après l’affranchissement  du  joug  colonial au  prix du  sacrifice  suprême  d’un  million  et  demi  de  martyrs  . Respectueux  du  legs de  ses  pères  et  tout en leur  rendant  un  vibrant  hommage  ,le nouvel   orchestre  de  Mostaganem  a  tenu   a  nous  gratifier , sur  les notes  de cette  sublime  chanson , d’une  video  de  bonne  facture ,  dénuée  de  fioritures  , comme  s’il voulait  être  en parfaite  harmonie  avec  l’original ! Au  terme  de  cette  belle  après-midi  enrichie  d’un  agréable  assortiment musical  ,et malgré  la  chaleur pesante   et  les  désagréments  d’une  sono   un  tantinet  décalée  , le  public  franchement  emballé ,  fera  une  standing-ovation à  cet orchestre  dirigé  par  le jeune  houcine Benalioua  , le virtuose  du violon , qui  avoua  à  la fin  du  spectacle avec  émotion  et  beaucoup  de  tact , la  difficulté  qu’il  a eu   à  monter  cet  orchestre et  à  mettre  sur  pied  un  tel challenge , dont  l’unique  raison  d’être   était  de libérer  les  énergies  et  penser  autrement  les  spectacles , tout  en  restant  bien  sûr dans le giron  de  la bonne  musique .  Alors , bravo  les  jeunes   et   bon  vent !  Et  si  l’on  remettait  çà ?   Par  exemple  pour  la  commémoration du  1er novembre ?    

Dr Mahfoud BENTRIKI
Samedi 6 Juillet 2019 - 15:37
Lu 572 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-09-2019.pdf
3.6 Mo - 18/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+