REFLEXION

​ L’ami de Hamel et le terrain des Sablettes



Supplié par son petit-fils de l’emmener à la mer, Moul firma, avec ce temps chaud ne pouvait refuser la supplique de son jouvenceau. Embarqués tous les deux à bord de la Mazda, Moul firma prend la destination des Sablettes, arrivé à l’entrée de la plage, il voit un flux  de véhicules  se bousculer pour dénicher un parking. Moul firma, voulant esquiver les gilets jaunes avec leurs gourdins et les entrées de 100 dinars sans tickets, il se dirige vers un terrain nu à la hauteur du complexe ‘’Ouaragli’. Moul firma, à l’instant où il garait sa voiture, il fut interpellé par un autre gilet jaune, mais différent des autres gardiens, celui-ci était un gabarit, le genre videur, qui lui faisait signe d’évacuer les lieux. Étonné, Moul firma, se questionne sur les raisons de cette interdiction, ce dernier lui répond d’un ton sévère qu’il s’agit d’une propriété privée. Qui est l’heureux possesseur ? S’interroge Moul firma. Le jeune lui répond que c’est un terrain appartenant à un certain oranais, qui vient juste d’en bénéficier dans le cadre d’investissement et tous ses papiers sont en règle ! Prenant un moment de réflexion, Moul firma, se rappelle de l’histoire de ce parachuté par le fils de Hamel. Ne me dit pas que ce terrain appartient au patron du club de nuit, celui, qui dirigeait le club de nuit Djawhara. Effectivement lui répond le jeune gardien, avec un accent aigu et bouleversé, en touchant son iPhone, voulant passer un appel, sûrement à son boss. Ainsi Moul firma, intervient en riant : le temps des coups de téléphone à l’adresse de Hamel et consorts est révolu. Ajoutant : tu veux bien dire à ton maitre, qu’il sera sûrement sur la liste des affaires de Hamel. Parce que tout le monde sait, qu’il est l’ami intime de Amiar le fils de Hamel, le Vip de Djawhara pour les soirées arrosées à l’honneur d’Amiar et ses ‘’petitates’’, et le coup de main et les pots de vin pour le fils de Hamel pour avoir l’agrément de vente des boissons alcoolisées et l’autorisation de l’ouverture d’un club de nuit aux Sablettes. Et ce n’est pas tout, enchaîne Moul firma, ton patron qui croit refaire le même scénario d’Oran, en sponsorisant une équipe de foot à Mostaganem pour blanchir son busines, il doit s’inquiéter parce que du moment où son ami Amiar est entre les barreaux. Ceci sans entrer dans les détails de l’affaire de l’achat de l’hôtel ‘’Darawiches’’ et la complicité de la banque, et les noms cachés dans son statut. Bien sûr sans oublier les rencontres secrètes de Khallasi l’homme de main de Hamel et la chasse VIP à Sidi Ali, et les diners avec Moul Marlboro à la corniche, dénonce Moul firma. Alors dira Moul firma au videur de l’ami de Hamel, tu me laisses garer ou je continue la suite de l’histoire !  
 
 

Réflexion
Samedi 6 Juillet 2019 - 21:31
Lu 6876 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma