REFLEXION

YAHIA HAOUATI- VICE PRESIDENT DE L’APC DE CHETTIA A REFLEXION : “Nous surmonterons tous les obstacles”

La commune de Chettia compte plus de 80.000 habitants, créée juste après la catastrophe naturelle qui a frappé la région du Chéliff un 10 octobre 1980 où des milliers de morts ont été enregistrés. Ceci dit, le changement opéré par l’Etat concernant le réaménagement du territoire opéré en 1984, a vu la création de plusieurs communes dans la wilaya de Chlef dont la commune de Chettia, qui comptait plus de 6400 logements en préfabriqués (chalets).



YAHIA HAOUATI- VICE PRESIDENT DE L’APC DE CHETTIA A REFLEXION : “Nous surmonterons tous les obstacles”
Une période difficile allait être repérée par les élus du passé (1985/1989) qui n’ont pas manqué de prendre acte pour résoudre un nombre incalculable de problèmes vécus par les citoyens installés dans une nouvelle ville entièrement construite en préfabriqués. La situation actuelle vis à vis des citoyens n’a pas changé dans la mesure où ces derniers occupent toujours des baraquements en bois renfermant de l’amiante trop risquée pour les enfants en bas âge et les personnes âgées. Un fait tout à fait dominant après plus de 30 années d’existence. Le corps du logement en TN 40 existe alors que les parois disparaissent au fur et à mesure, selon la qualité des firmes (française, italienne, espagnole) ayant réalisé ces bâtisses. Les élus qui se sont succédé à la tête de cette commune n’ont à aucun moment fini par remplacer cette zone qu’on appelait (zone d’hébergement) par la construction en dur. Une initiative a toujours freiné l’élan des responsables pour une cause ou pour une autre. Le mandat des nouveaux élus tire à sa fin, alors qu’ils étaient décidés à opérer à un changement sur tous les fronts en prenant comme priorité, la stabilité de ces citoyens et leur offrir un beau visage par l’amélioration du cadre de vie qui a longuement fait défaut dans une commune où rien n’a prévalu. Considérant la sorte, notre journal, par le biais de notre représentant à Chlef, a rencontré le 1erVice Président de cette commune, en l’occurrence M. Yahia Haouati, qui a bien voulu répondre à nos questions :
Réflexion : Votre commune est composée essentiellement de préfabriqués (logements et établissements scolaires), quelle est votre réaction ?
Y.Haouati :Effectivement, la commune de Chettia est une nouvelle entité qui a vu le jour en 1985 à la suite du découpage territorial. Tout ce monde qui y réside est nouveau à Chettia. D’un autre côté, la population qui est estimée à plus de 70% de jeunes vit des conditions difficiles par le manque de moyens. Je m’exprime, Chettia ne dispose pas actuellement de grandes structures d’emplois, c'est-à-dire d’entreprises à caractère économique ou autre. A la tête de cette institution depuis Octobre 2007, notre APC est toujours à l’écoute de son citoyen.
Réflexion : Y a-t-il eu des changements touchant de près la classe sociale ?
Y.Haouati : Les jeunes sont aussi nombreux que l’espèrent certains. Cependant nous avons tous mis en œuvre nos idées à l’effet de donner à notre citoyen le peu d’occupation. Les jeunes sont touchés par cette mesure d’insertion qui nous préoccupe aussi pour essayer de créer encore plus d’emplois en faveur des jeunes de la localité. Si la ville de Chettia, option préfabriqué a été installée en 1985, je ne manquerai pas de vous signaler que les travailleurs de la terre existaient depuis l’ère coloniale à nos jours. Donc, il y avait des habitations rurales dont les citoyens de ces zones ont connu les affres du massacre qu’il fallait prendre leurs préoccupations. Un programme tendu et vaste a eu lieu durant notre période de commande que ce soit en matière de logements sociaux ou ruraux. La satisfaction des uns et des autres a été toujours le puissant moteur qui est toujours en marche. Aucun problème ne se situe sur ce point devant l’effort que nous essayons de maintenir au profit de notre masse habitable.
Réflexion : Il semble que la situation est en nette amélioration ?
Y.Haouati :L’image démontre que tous les quartiers de la ville sont en chantier. La priorité est donnée à l’AEP et l’assainissement qui étaient dans un passé récent un point strictement noir. L’amélioration du cadre de nos citoyens sera bientôt et définitivement résolu à part entière. Après l’eau et l’assainissement, la réfection des routes fera partie de nos projets dans le cadre de nos préoccupations majeures. Même les différentes directions (Hydraulique, DUC et autres) sont à nos côtés pour toute assistance technique.
Réflexion : Il était question, et le Ministre de l’Education l’a déclaré lors de son passage à Chlef, qu’il n’y aura plus d’établissements scolaires en préfabriqués ?
Y.Haouati : Nous avons des statistiques réelles qui démontrent que le préfabriqué est loin de disparaître.
Réflexion : Expliques-vous ?
Y.Haouati : Je veux dire qu’avec l’allure où vont les choses, l’élimination du préfabriqué est un autre domaine. Je m’explique de nouveau. Malgré plusieurs rencontres et réunions tenues avec les parties concernées (Education-Daïra-DLEP), aucune amélioration d’où point d’avancement en ce qui concerne l’élimination et la reconstruction. A mon avis, le dossier prend beaucoup plus de retard au niveau de la direction de l’éducation. Mon insistance personnelle n’a pas apporté de nouveau.
Réflexion : Le problème de salles de soins et d’antennes communales se pose avec acuité en zones rurales ? Y.Haouati : En premier lieu, je dois vous informer que notre commune ne dispose d’aucunes ressources qui nous permettent de résoudre tous les problèmes à la fois. Cependant, nous allons, dans les prochains jours, lancer deux projets importants et il s’agit de construire deux (02) salles de soins, l’une à Bocca El-Habbair et l’autre et l’autre à Bocca Chettia. Pour ces deux structures, le dossier technique est fin prêt et il ne reste que l’opération relative à la désignation des entreprises réalisatrices.
Réflexion : A un certain moment, le citoyen s’est plaint du manque de documents d’état civil au sein de votre APC ?
Y.Haouati : Le problème a touché l’ensemble des communes de la Wilaya. Mais Chettia a ses motifs dans la mesure où plus de 80.000 âmes y résident. Actuellement nous n’avons aucun problème en ce qui concerne le manque d’imprimés. Le nécessaire a été pratiquement fait et nous disposons des quantités pour satisfaire toutes les demandes.
Réflexion : Selon vous, il existe beaucoup plus de chômeurs à Chettia ?
Y.Haouati : Comme je l’ai déjà signalé, il n’existe aucune entreprise économique qui pourra prendre en charge quelques chômeurs.
Réflexion : Avez-vous une idée ou une solution pour maîtriser cette situation du chômage ?
Y.Haouati : Sur ce point, nous n’avons qu’à solliciter M. Le wali pour un rajout dans le nombre de poste jugé très insuffisant par rapport au nombre de jeunes existant sur notre territoire. Un quota supplémentaire serait le bienvenu.
Réflexion : Qu’avez-vous à dire, pour le dernier mot ?
Y.Haouati : Principalement, je remercie votre quotidien qui est très exprimé à Chlef, malheureusement le quota très réduit n’a jamais suffit à vos nombreux lecteurs. Je salue fermement les membres de votre rédaction pour avoir donné le mot à la commune de Chettia qui était classée parmi les inconnus de la région et par votre biais, notre institution aura la peine d’en découdre avec les autres.

M.Mokhtari
Lundi 16 Mai 2011 - 12:02
Lu 959 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+