REFLEXION

Y a-t-il une DAS à Relizane ?

UNE FAMILLE QUI VIT A L’AGE DE PIERRE DANS UN CIMETIERE A OUED RHIOU

C’est une situation inhumaine dans laquelle vit une famille à Oued-Rhiou, dans la wilaya de Relizane. Comment ça se fait qu’une famille dont le père est septuagénaire aveugle , son épouse une femme très malade, sa fille ainée handicapée mentale à 100%, ainsi que son autre fille âgée de 12 ans et son fils en bas âge vivent depuis près de 10 ans dans un cimetière dans les pires conditions jamais vues, sans que personne des organismes chargés de la solidarité et à leur tête la DAS ne s’est rapprochée de cette famille sinistrée pour lui venir en aide. On se demande à quoi sert une DAS à Relizane ?



Y a-t-il une DAS à Relizane ?
Cette réalité, nous a été divulguée par le groupe de Ness El Kheir qui a tenu à tirer la sonnette d’alarme pour alerter l’opinion publique et les autorités locales de la wilaya de Relizane et par le biais de notre journal, le ministère de la solidarité nationale. Ces malheureux gens  vivent dans un cimetière à Oued Rhiou, l'eau potable leur est offerte par des irrigateurs, l'électricité, ils en entendent parler mais ne l'ont pas, ils ne mangent presque pas, ils vivent dans ce qui ressemble plus à des niches qu'à des pièces, plafonds, murs, sols sont inhabitables, l'odeur des lieux est nauséabonde , il n'y a pas de fenêtres et ils ne peuvent pas laisser la porte ouverte au risque d'être agressés par les ivrognes ou les quelques voleurs qui fréquentent le cimetière pour s’adonner à la débauche.  La petite fille, 12 ans à peine, s'occupe des travaux ménagers, du repas, de la lessive, elle se tape des kilomètres à pieds pour aller à l'école sauf si une âme charitable la conduit, mais à qui une petite fille de 12 ans, vivant dans un cimetière depuis l'âge de 03 ans peut faire confiance? Sa mère est incapable de s'occuper de sa propre personne, et encore moins de ses enfants, une enfant de 12 ans, fait la toilette à sa mère, l'habille, lui donne à manger et la surveille et fait de même avec sa sœur aînée. Le petit garçon qui a vu le jour dans un cimetière d’une mère, malade, affamée, souffrante qui a accouché  seule d’un enfant dans le froid et dans l'obscurité et qui a elle même coupé le cordon ombilical. Cela s'est passé il y a quelques années à peine et dire que nous sommes bientôt en 2012! Les autorités locales n'ont pas levé le petit doigt, ce père de famille a fuit  un massacre qui a eu lieu pendant la décennie noire. S’installer près de Relizane, le vieil homme n’avait qu’un désir celui de protéger sa famille. Blessé à l'œil gauche, suite à une infection, il savait qu'il ne pouvait rien faire. Cette situation dure depuis 09 années, 09 longues, lentes, douloureuses et pénibles années pendant lesquelles aucun DAS, aucun chef de Daira, aucun maire, aucun député aucun wali ne s'est dit : Il faut les aider. Ness El Kheir de Mostaganem et Relizane, les simples citoyens. Choqués, bouleversés, indignés et scandalisés ont fait le geste remarquable de faire la lumière  sur cette famille qui est loin d’être unique dans notre Algérie.

Charef
Lundi 26 Décembre 2011 - 10:42
Lu 1247 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+