REFLEXION

WALID MOUALLEM : “Le peuple syrien est le seul à pouvoir déterminer son avenir”



Nous sommes ici afin de prévenir l’effondrement du Moyen-Orient, pour protéger les chrétiens du Moyen-Orient, pour mettre fin au terrorisme. Le dialogue entre les Syriens est la solution. Nous avons tenté de défendre notre peuple, et c’est notre devoir constitutionnel de le faire. Nous continuerons de lutter contre ce terrorisme qui a blessé tous les Syriens”, a encore dit Walid Mouallem lors d’une longue intervention au premier jour de la conférence de Genève 2 qui s’est ouverte, mercredi, à Montreux(Suisse).“Tant que certains pays appuieront le terrorisme, cette conférence ne pourra être un succès”, a-t-il averti. “Personne, M. Kerry, personne au monde n’a le droit d’octroyer ou de retirer sa légitimité à un président, à un gouvernement en Syrie, hormis les Syriens eux-mêmes. L’accord qui sera trouvé ici sera soumis à un référendum populaire”, a encore dit M. Mouallem. “Le peuple syrien est le seul à pouvoir déterminer son avenir”, a-t-il conclu, soulignant que le dialogue entre Syriens doit avoir lieu en Syrie. Le chef de la Coalition de l’opposition syrienne, Ahmad Jarba, a pour sa part, estimé que” pour une nouvelle Syrie, il faut un partenaire prêt à accepter les conclusions de Genève 1, c’est-à-dire l’arrêt  de l’importation de mercenaires et des tirs contre les civils, mais aussi le retrait des forces étrangères qui combattent en Syrie et le transfert de toutes les compétences d’Assad. Avons-nous un tel partenaire ? Le point central de cette réunion est la mise en place d’une instance de transition à laquelle M. Assad ne participerait pas. Il faut examiner ces points avant tout négociation”. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil el-Arabi, a appelé dans son discours lors de la séance inaugurale de la conférence de Genève 2 à Montreux, en Suisse, à trouver une solution politique à la crise syrienne, une solution définie par les Syriens eux-mêmes. Rappelant que les pays arabes ont été les premiers à prendre l’initiative pour trouver une solution au conflit, M. el-Arabi a appelé à l’établissement d’un gouvernement de transition doté de toutes les prérogatives. II a encore estimé que la fin de la guerre sera un soulagement pour la Syrie, mais aussi pour toute la région. 

Seif-Eddine
Mercredi 22 Janvier 2014 - 17:22
Lu 131 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+