REFLEXION

Véhicules neufs volés et revendus sans papiers à Oran

PLUSIEURS VICTIMES ET L’ENQUETE SE POURSUIT

L’affaire de vol des véhicules qui a fait plusieurs victimes entre agences de location de voitures, sociétés privées, commerçants et simples particuliers et dont le «modus operandi» s’articule sur l’achat ou la location groupée de véhicules et leur revente «sans papiers» sur le marché informel, refait surface avec la manifestation dernièrement de nouvelles victimes qui ont mordu à l’hameçon de ce réseau d’escroquerie et l’extension d’enquête décidée par le juge d’instruction en charge de cette affaire, a-t-on appris de source proche de ce dossier, qui n’a pas visiblement livré tous ses secrets



Véhicules neufs volés et revendus sans papiers à Oran
Au total, une dizaine de victimes se sont constituées parties civiles dans l’affaire, renforçant ainsi les rangs déjà bien serrés des «anciennes» victimes de cette bande d’escrocs. Ces dernières rappelle-t-on, avaient déjà confronté leurs «bourreaux» à la barre devant le tribunal correctionnel d’Oran (Cité Djamel), où les mis en cause, dont le présumé cerveau du réseau, un homme âgé de 36 ans, répondant aux initiales de A.Z., originaire de Bechar et résidant depuis quelques années à Oran, avaient été condamnés à 5 ans d’emprisonnement pour escroquerie et abus de confiance, assortie d’une lourde amende et de plusieurs millions de dinars au titre de dommages et intérêts. Les démêlés avec la justice de ce courtier, vrai-faux entrepreneur de BTPH, n’en font pourtant que commencer. Plusieurs rendez-vous à la barre l’attendent, dans le cadre d’affaires d’arnaque ayant fait plus d’une soixantaine de victimes, entre agences de location de voitures, sociétés privées, commerçants et de simples particuliers, d’après une source autorisée proche de ce dossier. Ses présumés complices au nombre de quatre, au moins, demeurent activement recherchés par les services de sécurité, indique-t-on de source judiciaire. Selon une évaluation première du préjudice global causé, celui-ci serait de l’ordre de 25 milliards de centimes, soit la valeur marchande de près de 100 véhicules subtilisés par les mis en cause. La genèse de l’affaire remonte au 26 juin 2011, lorsque la patronne d’une agence de location de voitures située à Gambetta, a déposé une plainte au commissariat du 11ème arrondissement de la sûreté de wilaya d’Oran contre A.Z pour abus de confiance. Selon la déposition de la plaignante, le mis en cause avait loué auprès de son établissement, dans la période entre le 20 mars et le 10 mai 2011, quatre voitures (2 de marque Renault Symbol et 2 autres de type Renault Clio série 03) et ce, moyennant quatre contrats pour différentes durées de 2, 1, 6 et 12 mois respectivement, pour un tarif de 60.000 DA le mois. Entre autres documents déposés par ce client, le registre de commerce d’un entrepreneur privé spécialisé en travaux publics et hydrauliques, basé à Mecheria (wilaya de Naâma), dont il prétendait en être l’associé et l’agent d’affaires à la fois. Des quatre voitures louées, l’agence n’en a récupéré qu’une seule, les trois autres ayant été vendues «sans papiers» à plusieurs reprises. A peine cette affaire mise au jour, appel à témoins et bouche à oreille aidant, les victimes ont commencé à se manifester l’une après l’autre, déposant plainte séparément ou en groupe à la police ou se constituant partie civile directement devant le parquet. Le dossier de A.Z  commençait à noircir davantage et à prendre de l’épaisseur au fil des jours. L’une des nombreuses malversations à son actif, laquelle a fait l’objet d’une enquête diligentée par la brigade économique et financière (BEF) du commissariat central d’Oran, la remise à A.Z par un particulier de 4 voitures, des Clio Campus, achetées à la foire automobile d’Oran, en 2010, en vue de les revendre sur le marché parallèle. Par cette transaction, cette personne s’est fait promettre des dividendes entre 5 à 10 millions par voiture. Mais ne voyant rien venir pendant plus d’une année, il décide de déposer plainte. La même mésaventure, avec un préjudice plus ou moins élevé, a été vécue par plusieurs dizaines d’autres, dont un opticien lunetier à Oran qui s’est fait soutirer 260 millions de centimes en liquide, une BMW et un jet-ski.

Medjadji H
Mardi 27 Mars 2012 - 12:13
Lu 620 fois
Oran
               Partager Partager


1.Posté par ilias le 05/12/2012 23:24
ma voiture a été volée mai 2011 par une personne connue ,avec un jugement de la justice,mais jamais retrouvée!!!!et le voleur est toujours libre!!!!

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+