REFLEXION

VOULU PAR SARKOZY, LE CRIF ET CANAL + : L’affaire des moines de Tibéhirine rebondit

Apparemment les officiels français, ne lâchent rien et ne sont pas prêts de laisser passer une opportunité qui leur permettrait de faire revenir les autorités algériennes à de meilleurs sentiments. Ils ne reculent devant rien, et c’est les médias qui sont utilisés à leur tour pour envenimer une situation qui s’engouffre de plus en plus.



VOULU PAR SARKOZY, LE CRIF ET CANAL + : L’affaire des moines de Tibéhirine rebondit
F aute de s’occuper de leurs affaires internes et trouver une solution à ces scandales qui enveniment la vie privée du couple présidentiel, ils se mettent carrément à mettre en place des scénarios pour créer une certaine zizanie et tenter de tirer une couverture sur ce qu’ils endurent comme difficultés avec Sarkozy. Depuis l’investiture de ce dernier à la magistrature suprême, la France est en perpétuelle régression à tous les niveaux. Le chef de l’Etat Français affaibli par ses déboires conjugaux et par son comportement d’un homme versatile, lunatique et imprévisible, n’arrive plus à gérer correctement les affaires internes ni à faire face aux nouveaux défis que la France est appelée à relever. S’agissant des relations algéro-française, le clan Sarkozy et ses relais, notamment le CRIF, ne cessent de semer le doute et continuent à mettre au devant des affaires qui n’ont pas lieu d’être. L’enquête menée par la justice française sur l’assassinat des sept moines de Tibéhirine, a été relancée l’été dernier et se poursuit aujourd’hui et ce malgré les protestations des autorités algériennes, l’intérêt pour cette affaire a pris une nouvelle tournure du côté français. Indépendamment du volet politique et judiciaire, c’est les médias télévisuels qui se mettent de la partie sous la pression bien entendu d’un lobby proche du clan Sarkozy, en utilisant cette fois la chaîne Canal +, qui diffusera fin mois d’Avril, un documentaire dans son magazine « Spécial Investigation » sur la mort des sept moines, il se veut une contre-enquête qui part toujours de la même source c’est-à-dire les déclarations de l’ancien général français Bushwalter. Le premier enseignement tiré de cette démarche est le fait que toutes les déclarations faites au juge par ce général, notamment celles impliquant l’armée algérienne dans l’assassinat des moines, vont être portées à l’opinion publique française et en faire ainsi une affaire publique mieux encore, cette affaire a fait l’objet d’un montage d’un film de cinéma, tourné au Maroc, intitulé «  des hommes et des dieux ». Le film serait même projeté pour la première fois en mai prochain au festival international de Cannes. Ces deux projets développent une seule version, la thèse défendue par le général Bushwalter, thèse qui jusque là n’a été ni confirmée ni infirmée par la justice, seule habilitée à donner la vraie version des choses. La projection de cette affaire à travers un film au festival international de Cannes, n’est ni plus ni moins que de lui donner un retentissement mondial et donner une mauvaise image de l’Algérie. Sans nul doute que les autorités françaises sont derrières ces manipulations.

Ahmed Mehdi
Lundi 12 Avril 2010 - 10:31
Lu 649 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+