REFLEXION

VIVANT DANS UNE MAISON MENACANT RUINE : Un Moudjahid condamné à mort, interpelle le wali

Agé de 74 ans, d’un état de santé dégradant, père de famille composée de 17 enfants et ancien moudjahid condamné à mort, M.Mebrek Hamid, n’en peux plus. Abrités avec ses enfants sous un toit de deux pièces et une cuisine en état de délabrement avancé à la rue Bensmain Mohamed (Raisin-ville), le vieux est complètement désemparé.



VIVANT DANS UNE MAISON MENACANT RUINE : Un  Moudjahid condamné à mort, interpelle le wali
Il a peur pour ses enfants et ses petits enfants. Où peut-il  les mettre pour qu’ils soient en sécurité, il a beau réfléchir, mais de solution. Démuni de tous et dépourvu de toute ressource lui permettant de trouver une issue honorable à sa famille, il s’est adressé aux autorités locales, en formulant plusieurs demandes de logement, mais en vain. En effet, selon les documents présentés à la rédaction, l’intéressé  a déposé plusieurs dossiers et ce depuis les années 90, mais aucune suite ne lui a été réservée. Aussi, et en vue de lui apporter aide et assistance, une recommandation écrite avait été adressées le 10 janvier 2001,  par un ancien sénateur et membre de l’organisation des anciens moudjahidine de la wilaya de Mostaganem, aux autorités compétentes à l’effet de prendre en charge ce cas  social digne d’intérêt mais rien non plus. Cette recommandation est venue appuyer les différentes demandes adressés aux services concernés :- 1)- Dossier n° 155 DU 03.12.1995, 2)- Dossier n° 1310 du 23.12.1997, 3)- Dossier n° 1350 du 02.10.2001, 4)- Dossier n° 1666 du 28.04.2002. Toutes ces demandes accompagnées de dossiers administratifs très appuyés ont été lettres mortes, à ce jour. Par ailleurs,  les services de l’urbanisme de la commune de Mostaganem ont effectué une visite à la maison de M.Mebrek Hamid, le 28 juin 1998, suite à la demande formulée par l’intéressé en date du 17 juin 1998, suite la brigade chargée d’inspecter les lieux, avait rendu ses conclusions  qui se passent de tout commentaire dont voici les principaux éléments : «  L’intéressé est locataire de deux chambres et une cuisine, où il a été constaté la présence d’humidité, fissuration des murs,  retrait des enduits. Un procès-verbal dressé sous le n° d’enregistrement 105 : DUAU/ B.U/1998 du 30.06.1998. Contacté par nos soins, le chef de la daïra, nous a déclaré « avoir reçu l’intéressé, qu’il connait sa situation, amis qu’il ne peut leu mentir du fait qu’aucun logement n’est disponible pour l’instant ».  C’est vrai, la raison veut qu’on ne peut pas promettre un logement sans qu’il y est de disponible.   Mais aujourd’hui, M. Mebrek Hamid interpelle, le premier responsable de la wilaya à l’effet de prendre en charge sa situation qui s’empire de jour en jour. Son état de santé lui permettant  pas  d’aller au-delà de ces démarches, il attend avec impatience que les autorités locales le soulagent de ce fardeau.

Ahmed Mehdi
Samedi 29 Janvier 2011 - 23:01
Lu 692 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+