REFLEXION

VISITE DE TRAVAIL DU MINISTRE DES PTIC A ADRAR : Cinq ans de retard dans la pose de la fibre optique

On pensait que le secteur des PTT se portait bien dans la wilaya mais à la suite de la lecture de l’exposé exhaustif devant le ministre du secteur, du wali et des membres de la délégation qui l’accompagnait, les chiffres évoqués révèlent un constat amer de la dure réalité alarmante.



VISITE DE TRAVAIL DU MINISTRE DES PTIC A ADRAR : Cinq ans de retard dans la pose de la fibre optique
En effet, seuls 23 facteurs existent pour faire la distribution du courrier à une population qui de passe les 490.000 habitants et dont le nombre de Ksours a atteint les 294 répartis à travers l’immensité d’un territoire d’une superficie de plus de 427.000 km2. 40 bureaux de postes desservis par un seul agent par agence. Il est au four et au moulin et n’a pas droit de tomber malade « autrement le bureau ferme avec tous les aléas ». L’exposé a fait part de la fibre optique qui démarre de Béchar, via Adrar pour atteindre Bordj Baji Mokhtar soit une longueur de 1600 km. Mais au grand dam du ministre, la fibre est à BBM depuis cinq ans mais sa mise en service, pour des raisons que l’on ignore, tarde à l’être, ce qui a poussé le ministre à réagir en cherchant les causes de cet énorme retard. Des instructions furent données sur place pour que, d’ici la fin de ce mois de mai, le réseau soit opérationnel. A la question du manque de disponibilité des liquidités et des chéquiers qui subissent une nette réduction : Retard ne dépassant guère les 20.000 DA et les chéquiers absents et difficiles à obtenir, le ministre a précisé que l’augmentation des salaires, les rappels à percevoir sont l’une des causes qui empêchent de satisfaire toutes les demandes et que le citoyen devrait se montrer responsable et apprendre à gérer son budget en effectuant des retraits partiels et non toute la paie mensuelle. Mais parfois rétorquent les citoyens « nous sommes conformés à des pressions sociales et puis c’est notre salaire et notre droit le plus absolu de le retirer ou de le laisser ». « Il faudrait, a ajouté le ministre, instaurer une communication institutionnelle où les associations seront impliquées pour jouer le rôle d’interface et pourquoi pas créer des centres d’appel à destination des habitants pour livrer leurs préoccupations ». D’ailleurs, nous confie le ministre, « le rôle de la presse est essentiel et sa contribution apporterait beaucoup ». Mobilis a été aussi pointé du doigt et que la saturation de son réseau pousserait d’éventuels clients à opter pour des entreprises privées telles que Nedjma et Djezzy. « Là, aussi demande le ministre, il faudrait réagir et rapidement afin d’y remédier ». A ce sujet, le directeur régional a donné la solution de recharge par l’implantation de 12 BTS, issus de la nouvelle génération. Les 12 BTS dont la réalisation est en cours seront opérationnels à partir de la fin de mai 2011. Le problème qui ressurgit à chaque fois et qui a été soulevé avec l’ancien ministre est celui du transport de fonds qui nécessite un véhicule blindé. C’est l’épée de Damoclès. Au niveau de la grande poste d’Adrar qui fit l’objet de la visite du ministre, les agents ont soulevé le manque de climatisation car en été lorsque le mercure se déchaine, les bureaux deviennent de véritables saunas. Problème identique au niveau du siège de Mobilis dont l’étroitesse ne facilite guère l’accueil des clients et la fluidité du personnel.

M.Cherif
Mardi 17 Mai 2011 - 11:41
Lu 334 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+