REFLEXION

VIOLENCES CONTRE LES FEMMES : 1300 cas en 10 mois à Mostaganem

Le phénomène inquiétant de la violence à l'égard des femmes, a laissé son empreinte en symbolisant, l’année 2015 comme l’année la plus violente avec un chiffre de 1300 femmes violentées. Même dans la journée de la femme du 8 mars, la violence était invitée également dans cette journée, où une élue de l’APC de Mostaganem, mère de deux enfants, -rappelons-, a été agressée par son voisin à coup de poing et de chaîne métallique sur son visage, lui provoquant des blessures ..!



À l’occasion de la célébration de la Journée mondiale et  Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, un chiffre est tombé comme un couperet dans la wilaya de Mostaganem, celui du nombre de cas de violences faites aux femmes enregistrés par les services compétents dans ce domaine, celui de 1300 cas, et ce, depuis le début de l’année en cours. Un phénomène inquiétant renforcé par un sentiment de banalisation de cette violence contre la femme qui est malheureusement devenue un fait divers parmi tant d'autres qui passe presque inaperçu. À Mostaganem particulièrement, le phénomène de la violence contre les femmes prend des proportions inquiétantes. Le service de la médecine légale de l’hôpital de Mostaganem reçoit chaque mois, entre 35 et 45 femmes victimes de violence domestique qui viennent se faire délivrer des certificats médicaux. Par ailleurs, 62% des cas nécessitent des soins légers, alors que 38 % nécessitent des sutures, entre autres. Nombreuses sont les femmes qui se rapprochent de la police pour déposer plainte et ne reviennent pas pour déposer le certificat médical exigé dans ce genre de cas. Selon des chiffres communiqués par la Direction de la police judiciaire en mai dernier, un échantillon de femmes victimes de violence, l'agresseur type est un homme et est le mari de la victime dans 51% des cas. Depuis cette date, les cas ont augmenté en silence, malgré les campagnes de sensibilisation sur la dangerosité de la spirale de la violence qui n’engendre que des désastres au sein de la famille et plus largement dans la société. Un centre d’accueil des femmes battues est venu en 2012 réconforter dans la commune de Mostaganem, les victimes comme mesures prises pour faire face à ce phénomène. Depuis 3 ans (la date de la création du centre des femmes battues), pas moins de 1300 cas de violence sur des femmes ont été recensés par les différents services et à leur tête la direction de l'Action sociale. Cette violence a aussi un impact sur les enfants. Parallèlement à la création de ce centre, il a été installé des cellules d'écoute dans les services des urgences sociales et de suivi et de l'éducation en milieu ouvert, dirigées par des spécialistes en psychologie, en sociologie, en éducation, en médecine légale et de représentants d'associations féminines et sociales.  La violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le HIV/sida et la paix et la sécurité.

AS. Mohsen
Mardi 24 Novembre 2015 - 17:43
Lu 593 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+