REFLEXION

VIOLATION DE DOMICILE PAR EFFRACTION A ES-SENIA : Arrestation de 3 individus pour vol et agression

Insistant sur la gravité de l’affaire, l’avocat de la partie civile à demandé la requalification du fait en crime prémédité et que les trois mis en cause comparaissent devant un tribunal criminel.



VIOLATION DE DOMICILE PAR EFFRACTION A  ES-SENIA :  Arrestation de 3 individus pour vol et agression
Les trois individus, qui étaient avant-hier au box des accusés du tribunal correctionnel d’Es Sénia étaient accusés de vol par effraction et de coups et blessures volontaires. Au cours du mois de décembre passé, un couple habitant la localité d’Es Sénia s’était présenté aux services de sécurité pour déposer une plainte contre trois individus qui s’étaient introduits par effraction dans le domicile des plaignants où l’épouse était seule. Ils l’ont gravement blessé à la tête à l’aide d’un vase se trouvant à proximité, avant de s’emparer d’une somme évaluée à 76 millions de centimes. Les dénommés A.M., J.H. et R.N. étaient connus de l’époux de la victime pour avoir travaillé chez lui dans sa fabrique de carrelages. Ils avaient guetté le départ de leur ancien patron en compagnie de ses fils, laissant la maîtresse de maison toute seule. C’est le moment que les agresseurs avaient choisi pour forcer la porte et faire irruption dans la maison. La femme, selon ses dires, avait été gravement atteinte à la tête par un coup donné à l’aide d’un grand vase que lui avait assénée le dénommé A.M., qu’elle avait désigné nommément devant le tribunal. L’époux a raconté, quant à lui, qu’à son retour, il avait trouvé sa femme gisant par terre presque inconsciente, et l’a transportée au service des urgences où son état avait été jugé grave. Lors de leur arrestation, les trois mis en cause avaient reconnu les faits. A la barre, ils sont revenus sur leurs déclarations. Le dénommé R.N. a déclaré qu’il avait été sollicité par le dénommé J.H. qui lui a proposé la somme de 6 millions de centimes pour l’accompagner dans la démarche consistant à récupérer auprès du mari de la victime, l’argent que lui devait son ex employeur. Le troisième accusé, dénommé A.M., a nié tout en bloc, alors que c’est lui qui avait désigné par la victime comme étant l’auteur du coup qu’elle a reçu à la tête. Mais les explications qu’il donnait aux juges étaient pleines de contradictions. Interrogée, à son tour, la victime a relaté, au détail près, tous les faits et gestes de ses présumés agresseurs, ne leur laissant aucune chance, eux qui se confondaient dans les nombreuses contradictions. Le procureur général, à l’issue de son réquisitoire, a réclamé la peine de 8 ans de prison ferme pour chacun des accusés. Pour la défense, ses clients étaient totalement innocents des faits qui leurs étaient reprochés, cherchant à convaincre les membres du tribunal qu’ils ne pouvaient être ceux qui ont commis le méfait. Après avoir entendu toutes les parties, le tribunal a annoncé que le jugement de l’affaire a été mis en délibéré

A. Salim
Vendredi 4 Mars 2011 - 10:49
Lu 874 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+