REFLEXION

VILLAGE SI AMMAR - KHEIR EDDINE : Des foyers sans électricité depuis plus de 3 ans

Ils sont une cinquantaine de personnes résidant au village Si Ammar dit « Djebbah», relevant de la commune de Kheir Eddine à 20 km du chef-lieu de la wilaya de Mostaganem, à avoir lancé un appel au wali, lui demandant son intervention auprès de la Sonelgaz afin de raccorder leurs habitations au réseau d’électricité qui fait défaut depuis plus de trois ans.



VILLAGE SI AMMAR  - KHEIR EDDINE : Des foyers sans électricité depuis plus de 3 ans
Bien que la partie supérieure de ce village est branchée au réseau électrique, les 50 foyers situés à un niveau inférieur  dans cette cité restent  sans branchement en dépit des maintes promesses faites à leurs doléances par les autorités locales mais rien de concret n’a été réalisé.  En effet, le calvaire  des habitants de  ce petit village situé à un kilomètre de la commune de Kheir Eddine ex  Tounin, a débuté en 2010 avec l’octroi de 50 lots de terrain permettant à ces citoyens de construire des habitations dans le cadre du ‘’Fonal. Hélas depuis cette année, la situation est restée telle qu’elle sans espoir de régularisation. Par ailleurs, il est constaté sur le seul chemin qui relie le village à  la commune est toujours non bitumé et non éclairé. Une situation qui cause beaucoup de préjudices, vu que  cette route est empruntée quotidiennement  par des dizaines d’écoliers  en bas âge qui doivent rejoindre leur école primaire la plus proche se trouvant à plus d’un kilomètre du village, parcours parfois dans l’obscurité que sont obligés de faire ces enfants  la peur au ventre.  Notons aussi que pour couronner le tout  ce village est dépourvu de mosquée,  de centre de santé et même des lieux de loisirs pour les jeunes. A tout cela s'ajoute, comme le soulignent ces interlocuteurs, le défaut d’électrification qui dure depuis 3 ans et qui pénalise  50 foyers, alors comment peut-on imaginer au 21ème siècle vivre  une situation pareille qui nous renvoie à l’âge de pierre en raison de ce constat qui sort  de l’ordinaire. Ces pauvres ruraux  sont  contraints  de s'éclairer à l’aide de bougies, où de groupes électrogènes  très énergivores en carburant sans oublier le bruit et le tracas causé par le bruit assourdissant qu’ils produisent dérangeant tout le monde sans exception.  Selon un propriétaire : « chaque institution nous renvoie à une autre.  La Sonelgaz nous dit que l’APC de Kheir Eddine est responsable parce qu’elle n’a pas payé la somme due pour l’installation des compteurs, tandis que l’APC quant à elle nous répond que tout est réglé. Malheureusement la seule victime c’est le citoyen otage du mépris des administrations qui se renvoient la balle. Un autre danger guette ces pauvres malheureux qui ont procédé  à des branchements illicites inconsciemment directement des poteaux électriques  pour couvrir leurs besoins quotidiens en énergie électrique  en dépit des risques que peut engendrer un tel rafistolage. Pour remédier à cet état de fait, les habitants sollicitent les autorités concernées de prendre en charge leurs doléances et régler ce problème qui n’a que trop durer et ce avant la saison hivernale. 

Bouziane Kamel
Samedi 28 Septembre 2013 - 10:21
Lu 186 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+