REFLEXION

VILLAGE EL MELH : Un hameau occupé par une soixantaine de familles

El Melh, très connu par sa richesse d’exploitation de cette denrée alimentaire. Ce mot n´évoque rien au commun des algériens sauf pour les natifs de la ville de Bethioua et de cette localité. C´est le nom d´un hameau occupé par une soixantaine de familles, sis à moins de 7 km du chef-lieu de la commune.



Pour y accéder, il faut emprunter une piste qui traverse l´autoroute Est Ouest.
En effet, depuis la route menant vers la daïra de Sig, wilaya de Mascara et jusqu´à la plate-forme logistique de l’usine du sel qui est exploitée par une entreprise étrangère, le chemin est confortable. Passé le pont, la piste est impraticable, en hiver comme en été. Perché sur un mont qui surplombe la ville chef-lieu, le hameau ne dispose d´aucune commodité pour une vie décente. Les maisons réalisées sur les deux côtés de la piste, se bousculent sans aucun aménagement, ni architecture. L´éclairage public, inexistant, complique la vie des habitants qui ne peuvent pas sortir sans prendre le risque d´être attaqués par des animaux sauvages qui rôdent dès le coucher du soleil. Le risque est aussi encouru par les enfants scolarisés qui, tôt le matin, se dirigent vers les écoles avoisinantes. L´inexistence d´une structure de santé pour assurer les premières interventions oblige les occupants à recourir aux véhicules particuliers pour évacuer leurs malades vers la polyclinique de Bethioua et à l'hôpital d'El Mohgoun. Les jeunes, qui n´ont aucun lieu de loisirs pour occuper leur temps, s´exilent la journée vers Bethioua et ne rentrent que le soir pour dormir. «Il nous faut un stade, une maison de jeunes, un centre de santé...», nous dit un jeune qui travaille comme cafetier à Bethioua. Même si le gaz de ville est tout proche, le village continue à utiliser les bouteilles de butane. «En été, le problème est supportable mais en hiver et vu la hauteur, le gaz est une vraie corvée», ajoute notre interlocuteur. La réalisation d´une plate-forme logistique à proximité du village ne suscite pas la joie. «A son ouverture, cet établissement sera un réel danger pour nos enfants à moins qu´on décide de relier notre village par une autre route», s´inquiète Kaddour, le vieux du village qui, en temps libre, assure les prières dans une petite salle qui fait office de mosquée. Relevant des compétences administratives de la commune de Bethioua, le village est isolé au nord par l´autoroute Est-Ouest. De nombreuses familles propriétaires de terrains agricoles situés sur l´autre rive se plaignent. La réalisation d´un pont est certes, une solution, mais il oblige les habitants à faire plusieurs kilomètres pour aller travailler dans leurs champs. Parmi les multiples doléances soulevées par les occupants, figure celle relative aux réseaux d´assainissement. Les fosses septiques sont un danger réel surtout que le village est situé en amont d´une nappe phréatique importante qui alimente la partie Ouest des douars avoisinants, le douar d’ElMelh est même une partie de la commune Alaimia, daïra de Sig.

Medjadji.H
Mardi 12 Juillet 2011 - 11:04
Lu 297 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+