REFLEXION

VERS LA CONSOLIDATION DE LA POSITION DIPLOMATIQUE DE L’ALGERIE : Ouverture du Forum africain de l’investissement à Alger

Pas moins de 1.000 participants représentant plus de 40 pays africains dont près de 800 hommes d'affaires prennent part, depuis hier, au Forum africain d'investissement et d'affaires à Alger.



Il y a plus de 30 présidents de chambres de commerce et des hauts responsables d'institutions financières internationales, comme la Banque Mondiale, la BAD (Banque africaine de développement), la BADEA (Banque arabe pour le développement de l'Afrique), la BID (Banque Islamique de Développement) et plusieurs institutions africaines qui sont également présentes. L'objectif de ce forum est de remédier au "déphasage entre l'action politique soutenue de l'Algérie en matière de règlement des conflits (en Afrique) et les faibles relations commerciales et économiques avec les pays du continent", a-t-on souligné. Dans cette optique, le forum d’Alger "devra être l’occasion de revoir l’organisation institutionnelle de l’appareil diplomatique dans une perspective de jouer un plus grand rôle dans le domaine des échanges économiques et dans le soutien effectif aux opérateurs économiques algériens en amont et en aval", prônent les experts. En outre, ils suggèrent d’aider les entreprises algériennes pionnières dans le commerce avec l’Afrique pour un "meilleur enracinement" et, ainsi, servir de relais pour les autres entreprises à travers notamment la mise en place de facilitations. Dans le même sens, les entreprises industrielles et commerciales ont besoin, dans leur expansion à l’international, d’un accompagnement par le système bancaire ainsi que de supports logistiques (transport aérien, terrestre, simplifications administrative et douanière), insiste-t-on. "Il s’agit de parvenir, d’ici trois ans, à mettre en place dans certains pays africains un écosystème des entreprises algériennes pour bénéficier des effets de synergie et créer une nouvelle attractivité pour les autres entreprises", recommandent les mêmes experts. S’agissant des principales thématiques à débattre lors de ce Forum, l’Algérie devrait mettre en valeur ses atouts dans les branches industrielles (agro-alimentaire, pétrochimie, mécanique, électronique, matériaux de construction, pharmacie...). "L’Afrique n’est pas un marché solvable dans l’immédiat. Il faut construire des projets de partenariats et de positionnement dans une vision de long terme", conseille-t-on.

Ismain
Samedi 3 Décembre 2016 - 20:10
Lu 340 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-08-2017.pdf
4.19 Mo - 20/08/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+