REFLEXION

VERS LA CLOCHARDISATION DE LA VILLE : Mostaganem véritable Ghetto en été

Klaxons assourdissants, embouteillages, surpopulation, brouhahas, injures, disputes, boulevards et rues squattés sales et occupés par les vendeurs à la sauvette, espaces verts et jardins insuffisants partagés entre les SDF d’un côté et les travaux qui n’en finissent pas dans le jardin public qui connait des transformations inadaptables au plan de la ville.



VERS LA CLOCHARDISATION DE LA VILLE : Mostaganem véritable Ghetto en été
Ce revirement de la situation empoisonne le quotidien et la vie des habitants de la commune qui voient une décadence dégradante galopante et polluante de leur ville qui avait connu des jours meilleurs de par le passé où le calme précaire régnait et où les gens se respectaient et s’aimaient. Tandis que maintenant il ne se passe pas un jour où des bagarres éclatent, ou des vols de tous genres qu’interdit la loi sont commis au su et au vu de tout le monde, ou des agressions et des braquages sont enregistrés par les services de sécurité malgré un effectif conséquent qui parfois est dépassé par la multiplication des délits qui n’en finissent pas et ce quotidiennement. Une virée à travers le centre de la ville jadis propre substitué en véritable souk informel ou aliments (pains) vaisselle, habillement, chaussures, etc… sont déposés à même le sol  n’importe où, souvent à proximité des rigoles sales et  présentés à une clientèle qui s’approvisionne sans rechigner acceptant cet état de fait dans un climat et un trafic des plus troublants qui fait le bonheur des uns et aussi le malheur des autres. Il est très difficile de décrire  véritablement ce massacre dont la ville est victime où règne une anarchie inimaginable. Les quartiers et les cités eux aussi ne sont pas épargnés par ce raz de marée d’insalubrités et de nuisances jetés n’importe où et n’importe comment, jonchant parfois les rues et les trottoirs et  qui fait la prolifération des rats et insectes pouvant affecter et nuire à la santé des citoyens et qui gênent beaucoup ces pauvres agents de nettoiement lors de la collecte des ordures ménagères. Le littoral est aussi affecté par ce fléau, car nos plages si belles et si renommées ne sont pas règlementées en matière de stationnement improvisé pénalisant certains piétons et cela est du à l’incivisme du citoyen et de la négligence du responsable qui doit sévir dans certains cas de dépassements enfreignant la loi et perturbant la tranquillité des estivants. Ce climat d’anarchie incomparable dans une ville à vocation touristique remet en question  les compliments sujets aux traditions et coutumes ternies par l’actuelle réputation de dégradation.   L’étouffement de Mostaganem ne concerne pas uniquement la réputation mauvaise qualification de la Wilaya mais il remet beaucoup en question la gestion de la ville par les autorités concernées.

B.Adda
Dimanche 25 Août 2013 - 10:41
Lu 703 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+